Accéder au contenu principal
Niger

Le président Tandja soumis à des pressions croissantes

De nombreux manifestants ont défilé dans les rues de la capitale nigérienne ce dimanche 22 novembre 2009.
De nombreux manifestants ont défilé dans les rues de la capitale nigérienne ce dimanche 22 novembre 2009. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

Des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche à Niamey à l'appel de la Coordination des forces démocratiques pour la République (CFDR), coalition de partis, organisations de défense des droits de l'homme et syndicats. L'opposition et la communauté internationale mettent la pression sur le président Tandja pour qu'il engage de vraies discussions pour un retour à l'ordre constitutionnel.

Publicité

Le président Tandja est-il prêt à faire des concessions pour trouver un compromis institutionnel au Niger ? Ttelle est la question que se posent l'opposition nigérienne et la communauté internationale qui ne reconnaissent ni l'une ni l'autre le référendum du 4 août et ses conséquences.

Dimanche, au cours de la manifestation à Niamey, l'opposition a appelé à l'ouverture rapide d'un dialogue. « Il faut que d'ici le 22 décembre les discussions aient avancé», estime l'un des opposants. Passée cette date limite du mandat présidentiel, « on rentrera, estime-t-il, dans une situation de vacance dangereuse pour le Niger

Les partenaires internationaux semblent eux aussi vouloir privilégier la voie de la concertation, offrir encore la possibilité au président nigérien de présenter des solutions acceptables par tous pour sortir de la crise institutionnelle.

La Cedeao a nommé un médiateur qui fait la navette entre Abuja et Niamey pour préparer des négociations dans les plus brefs délais. L'Union européenne attend elle une feuille de route détaillée du pouvoir nigérien sensée, là encore, dessiner les lignes d'un prochain dialogue. Le président Tandja a un mois pour donner des signaux forts et crédibles de sa bonne volonté
 

Le président se retrouvera sans légitimité le 22 décembre ; c'est dangereux pour notre pays.

Mohamed Bazoum, vice-président du PNDS

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.