Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

Au Sénat, début des tractations sur la réforme de la Santé

Publicité

« Deux batailles perdues mais la guerre continue », affirme la très conservatrice National Review, opposée au projet. Le journal évoque deux batailles perdues parce que la Chambre des représentants a déjà adopté sa version de la réforme, contre l’avis des républicains et qu’au Sénat les parlementaires ont voté samedi dernier « l’opportunité de discuter du plan présenté par le sénateur Reid ». C’est donc une victoire pour les démocrates puisque le projet aurait pu être tout simplement bloqué. Les débats commenceront la semaine prochaine, après le week-end de Thanksgiving. « On ne peut pas se permettre de perdre cette guerre », lance l’éditorialiste. « Les négociations commencent, à nouveau », titre sobrement USA Today et « les vieilles fractures ressurgissent ». Attention ! « politiquement ce texte est un véritable champ de mines », prévient le Miami Herald Tribune. La situation pourrait devenir explosive sur les thèmes habituels : « L’avortement (NDLR : le plan n’interdit pas formellement l’utilisation de fonds publics pour les interruptions de grossesse), le déficit et le pouvoir des autorités fédérales ».

L’option publique cristallise les tensions

« C’est l’option publique qui est au centre du débat », estime le Washington Post, c’est-à-dire une couverture santé gérée par le gouvernement fédéral qui ferait concurrence aux groupes d’assurances privés. « Sans cette fameuse option publique la réforme serait vidée de son sens », souligne New Republic qui « ne sait pas s’il faut rire ou pleurer des marchandages en cours ». On apprend par exemple que les sénateurs en profitent pour obtenir quelques avantages. La sénatrice Mary Landrieu a voté avec le bloc démocrate samedi « elle a obtenue en échange pour la Louisiane une enveloppe de 300 millions de dollars pour aider les plus pauvres de ses concitoyens à se soigner ». Politico n’est pas très optimiste : « Il y a tellement de divisions dans le camp démocrate et une telle opposition des républicains que la réforme pourrait bien s’effondrer ».

Mahmoud Ahmadinejad en visite au Brésil

Le président Lula reçoit ce lundi son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad. « Le Brésil plaque les Etats-Unis en terme de diplomatie », annonce le New York Times car cette visite suscite beaucoup de critiques à Washington. « Recevoir le président iranien mine les efforts occidentaux sur le dossier du nucléaire et ternit la réputation du Brésil qui souhaite devenir une vraie puissance émergente », explique le journal, « Brasilia envoie aujourd’hui un message clair à Washington : nous négocions avec qui nous voulons ». Même ton dans le Los Angeles Times : « Lula prend des risques en accueillant Ahmadinejad ». Le quotidien californien estime que cette visite sera axée sur les questions économiques puisque « des contrats doivent être signés en matière de biotechnologie, d’énergie et d’agriculture ». « Lula reçoit le président iranien au milieu des manifestations », commente le quotidien brésilien Folha mais « pour le Brésil c’est un moyen de renforcer son image de médiateur sur la scène internationale ». Brazzil Magazine rappelle que des milliers de Brésiliens ont protesté ce week-end sur les plages de Rio de Janeiro « des manifestations contre cette visite et pour le respect en Iran des droits de l’homme, de la liberté de culte et d’orientation sexuelle ».

The place to be…

Quelle est l’invitation que tout le monde s’arrache à Washington ? Réponse du Los Angeles Times : « Le premier dîner d’Etat organisé par les Obama, mardi soir, à la Maison Blanche, en l’honneur du Premier ministre indien ». Derrière les fourneaux évidemment le Chef est sous pression, le menu doit être parfait. Quant aux invités, le mystère est intact, la liste reste top secrète pour l’instant. Le journal avance quelques noms incontournables : « La vedette du petit écran Oprah Winfrey, le milliardaire Penny Pritzker et les plus proches conseillers du président ». Pour ajouter une touche « glamour » à ce type de dîner « des stars d’Hollywood sont parfois présentes de même que des sportifs ou des artistes », il s’agit d’un savant dosage de protocole et de people. Le Los Angeles Times souligne qu’il y aura forcément des déçus puisque le nombre de places est limité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.