Accéder au contenu principal
MALI

Trois personnes arrêtées dans l'affaire de l'«avion de la drogue»

Blocs de cocaïne.
Blocs de cocaïne. DEA

Trois Maliens qui découpaient l'épave d'un Boeing ayant servi, selon l'ONU, au transport de cocaïne entre le Venezuela et le Mali ont été arrêtés dans la région de Gao, dans le nord-est du Mali. La question est de savoir si ces personnes voulaient faire disparaître des traces ou alors simplement récupérer des matériaux.

Publicité

Au nord de Gao, où se trouvent les restes de l’avion, trois hommes de nationalité malienne ont été arrêtés et transférés à Bamako par vol spécial. Ils ont été surpris en train de découper l’épave de l’appareil. S’intéressaient-ils à la ferraille, ou bien étaient-ils en mission commandée pour faire disparaître des preuves ? L’enquête est en cours.

Les autorités libyennes s’intéressent, ellles aussi, à l’affaire. Des experts de Tripoli se sont rendus sur place avec, dans leurs rangs, un pilote de chasse.

Il est désormais acquis que deux semaines avant lejour J, un petit avion avait survolé la zone ou peut-être atterri au même endroit. Il se pourrait qu’il était en repérage. Ensuite, selon un témoin qui a vu l’appareil abandonné à plus de 200 km au nord de Gao - et non 15 km comme précédemment indiqué - on a en effet affaire à un Boeing 727 ; un type d’avion qui peut bien atterrir dans la zone dont le sol est résistant.

Deux autres éléments dans cette affaire : l’appareil n’avait pas forcément tenté de redécoller ; il pourrait bien s’agir d’un voyage organisé sans intention de retour. Enfin, au sujet de la drogue transportée, et qui aurait été déversée, beaucoup de personnes seraient impliquées. Une source précise qu'il est impensable qu’un triréacteur ait pu faire le trajet entre le Venezuela et le nord du Mali sans escale dans un ou deux pays de la sous-région.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.