Accéder au contenu principal
Sri Lanka / Présidentielle

Le général Fonseka alimente les rumeurs sur sa candidature

Le général Sarath Fonseka à Colombo, le 16 novembre 2009.
Le général Sarath Fonseka à Colombo, le 16 novembre 2009. AFP/Lakruwan Wanniarachchi
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président Rajapakse, qui a déclaré lundi son intention d'appeler à des élections anticipées entre le 11 janvier et le 13 février 2010, pourrait avoir à affronter l'ancien général démissionnaire Fonseka, considéré comme l'artisan de la victoire contre les Tigres Tamouls. Certains signes avant-coureurs, laissent présager un duel sans merci.

Publicité

L'ancien chef des armées, tombeur de la rébellion tamoul, bénéficiait déjà d'une protection d'une soixantaine d'agents, s'estimant toujours menacé par les derniers rebelles tamouls. Il réclame désormais 600 personnels de sécurité, des véhicules d'escortes, des véhicules blindés et une résidence protégée. C'est le contenu de la requête formulée ce mardi devant la Cour suprême du Sri Lanka, une requête motivée par la volonté de l'intéressé de s'engager en politique.

Le général Sarath Fonseka ne s'est pas encore déclaré officiellement candidat à la présidentielle, mais le Front de libération du peuple, ancien soutien du président Rajapakse s'est déjà prononcé en sa faveur, affirmant que l'accord était conclu et que Fonseka était désormais le mieux placé pour déboulonner l'actuel président, Mahinda Rajapakse, critiqué pour sa façon de monopoliser le pouvoir.

Le duel promet d'être ardu entre les deux hommes, tout deux nationalistes cinghalais convaincus. Lorsque le général Fonseka a remis sa démission de l'armée au chef de l'Etat, il a dénoncé un complot du gouvernement à son encontre, sur des soupçons de coup d'Etat, selon lui infondés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.