Accéder au contenu principal
Santé

Sida : nouvelles infections en régression

Campagne de prévention à Libreville (Gabon)
Campagne de prévention à Libreville (Gabon) Jean-Marc Munier/ RFI
Texte par : Camille Sarret
3 min

L’épidémie du Sida tend à se stabiliser. Le nombre de nouvelles infections a baissé de 17 % en 8 ans, selon l’Organisation des Nations Unies qui publiait ce 24 novembre 2009 son rapport annuel, soulignant par ailleurs que le profil des personnes infectées est en train de changer.

Publicité

Une semaine avant la journée mondiale contre le virus, l’Onusida publie son rapport annuel et constate une baisse significative des nouvelles infections. Depuis la signature en 2001 de la Déclaration d'engagement des Nations Unies sur le VIH, le nombre de nouvelles infections a diminué de près de 15 % en Afrique subsaharienne, qui demeure la région du monde la plus touchée par l’épidémie, de 25 % en Asie de l’Est et de10 % en Asie du Sud et du Sud-Est.

« La maladie est entrée dans une phase plus endémique plus stable », a souligné Paul de Lay, le directeur adjoint de l’Onusida. « Nous avons des preuves que les baisses que nous avons sont dues, au moins en partie, à la prévention », a déclaré pour sa part le directeur Michel Sidibé.

Accès aux thérapies

Les thérapies antirétrovirales ont aussi leurs effets. Non seulement, elles allongent la vie des malades mais les rendent également moins contagieux, en affaiblissant la charge virale dans le sang.

Et, depuis le début des années 2000, ces traitements sont devenus plus accessibles dans les pays pauvres grâce à un engagement mondial. « Avant dans les pays du Sud, l’accent était plutôt mis sur la prévention. On pensait que l’accès aux soins serait très difficile. Aujourd’hui on a démontré que c’était possible et efficace », se réjouit Stéphane Simonpiétri, directeur des programmes internationaux de l’association Aides.

Les thérapies antirétrovirales ont notamment permis de freiner la transmission du virus des mères séropositives à leurs enfants. Quelque 200 000 nouvelles infections de ce type ont pu être évitées depuis 2001.

Mais les modes de propagation évoluent. En Asie, le VIH touche de plus en plus les couples hétérosexuels, alors qu’auparavant il se transmettait principalement par l’intermédiaire de la prostitution et de l’injection de drogue. En Afrique subsaharienne, les données montrent que ce sont les plus de 25 ans, mariés ou ayant une relation stable, mais également veufs ou divorcés qui sont parmi les plus touchés par le sida.

« Le visage de l’épidémie est entrain de changer et les activités de prévention ne suivent pas », déplore l’Onusida dans son rapport. Par exemple, au Sawziland, pays d’Afrique australe le plus infecté au monde, « les plus de 25 ans représentent plus des deux tiers des infections chez l’adulte et pourtant les programmes de prévention conçus à l’intention des personnes plus âgées sont rares ».

De son côté, Stéphane Simonpiétri le reconnaît : « Il y a des efforts à faire pour mieux connaitre l’épidémie localement, pour mieux identifier les personnes les plus touchées et définir des réponses adaptées en terme de prévention. »

Baisse des financements

Les inquiétudes de Aides

La mobilisation ne doit donc pas se relâcher. Le nombre de personnes vivant avec le virus n’a jamais été aussi élevé dans le monde : entre 31 et 36 millions. Mais l’engagement financier tend à baisser. « Les fonds consacrés au VIH constituent désormais le plus faible des budgets de nombreux pays […]. Au Ghana, le budget alloué à la prévention a été coupé de 43 % en 2007 par rapport aux niveaux de 2005 », indique l'Onusida.

Toutefois, à l’échelle mondiale, les financements qu’apportent les pays du Sud dans la lutte contre le Sida restent faibles. « C’est le Fonds mondial -qui collecte les fonds auprès des pays riches- qui constitue le plus important financeur, précise Stéphane Simonpiétri. Actuellement, la principale inquiétude réside dans la tendance au désengagement des pays donateurs en raison de la crise financière. Si ce désengagement devait se confirmer, cela marquerait un arrêt dans la dynamique d’accès aux traitements. »

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.