Royaume Uni

La Banque d'Angleterre révèle des prêts d'urgence aux banques

Une image vidéo montre gouverneur britannique de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, le 24 novembre 2009.
Une image vidéo montre gouverneur britannique de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, le 24 novembre 2009. REUTERS/Parbul TV via Reuters TV

La Banque d’Angleterre (BoE) avoue avoir sauvé l'an dernier RBS et HBOS en secret, pour éviter des scènes de panique dans le secteur bancaire. Une révélation choc faite mardi 24 novembre à l'occasion d'une audition du gouverneur de l'établissement devant les parlementaires.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

L’aveu du gouverneur de la Banque d’Angleterre, plus d’un an après, laisse beaucoup de britanniques abasourdis. Et pour cause : les prêts d’urgence fournis en octobre 2008 à Royal Bank of Scotland (RBS) et Halifax (HBOS) ont culminé à quelque 68 milliards d’euros.

Ces sommes ont été entièrement remboursées peu après, mais la Banque d’Angleterre, qui souligne avoir agi en sa qualité de « prêteur en dernier recours », a expliqué qu’elle avait gardé le secret jusqu’à présent pour empêcher que la perte de confiance ne se répande à tout le système bancaire. Elle redoutait en effet une répétition des scènes de panique qui avaient suivi la recapitalisation de Northern Rock.

Mais sa façon d’agir vient de provoquer la colère dans le pays. Le Parti libéral-démocrate dénonce un acte de dissimulation choquant et a appelé le ministre des Finances Alistair Darling à venir s’expliquer devant la chambre des Communes.

Les conservateurs, quant à eux, estiment que ces pratiques montrent qu’il est urgent de réformer le système de régulation du secteur financier et d’apporter notamment plus de transparence.

Néanmoins, certains économistes tentent de leur côté d’apaiser les esprits en faisant remarquer que si la Banque d’Angleterre a divulgué l’existence de ces prêts c’est qu’elle estime les marchés et le secteur financier désormais suffisamment stables pour l’entendre et cela, c’est plutôt bon signe.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail