Accéder au contenu principal
Belgique

Yves Leterme redevient Premier ministre

Le nouveau Premier ministre belge Yves Leterme (d) au Parlement, le 25 novembre 2009.
Le nouveau Premier ministre belge Yves Leterme (d) au Parlement, le 25 novembre 2009. REUTERS/Yves Herman
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le chrétien-démocrate Yves Leterme a retrouvé ce mercredi le poste de Premier ministre, suite à la démission de Herman Van Rompuy nommé à la tête de l'Union européenne. Il  souhaite aboutir à un accord au printemps 2010 pour réformer l'Etat belge et donner plus d'autonomie à la Flandre. Ce dossier avait plongé la Belgique dans une grave crise politique l'an dernier. Les francophones y voient un risque d'éclatement du pays. 

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

L’accueil réservé à Yves Leterme est plutôt frais, il faut bien le dire. Les Belges sont dans leur majorité au mieux dubitatifs, voire franchement sceptiques, ou carrément inquiets.

Ils se souviennent qu’en juin 2007, c’est l’incapacité d’Yves Leterme, grand vainqueur des législatives, à former une coalition gouvernementale qui avait ouvert la plus grave crise de l’histoire politique récente de la Belgique avec plus de six mois sans gouvernement.

Finalement, nommé Premier ministre en mars 2008, il a laissé un souvenir plus que mitigé. Sa réussite principale a été le sauvetage des grandes banques, un succès sans lendemain pour lui puisqu’à Noël de la même année, il s’est vu contraint de démissionner, suspecté d’avoir tenté d’influer sur le cours de la justice dans les suites de l’affaire Fortis.

Son principal problème politique avait été cependant surtout son intransigeance en faveur d’une grande autonomie de la Flandres, intransigeance qui a empêché son gouvernement de résoudre l’épineuse question de l’avenir des relations institutionnelles entre Flamands et Wallons.

Le programme d' Yves Leterme

Après sa prestation de serment mercredi matin devant le roi Albert II, Yves Leterme reprend donc du service, moins d’un an après avoir quitté ses fonctions. Mais cette fois-ci sous surveillance en quelque sorte : l’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene a en effet été chargé de préparer des propositions sur l’avenir des institutions fédérales, acquérant du coup dans l’opposition le surnom de « belle-mère » d’Yves Leterme, chargé de surveiller ses actes par-dessus son épaule.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.