Accéder au contenu principal
Climat

Emissions de C02 : la tendance européenne est à la baisse.

La combustion du pétrole est en partie responsable des GES
La combustion du pétrole est en partie responsable des GES Reuters
Texte par : Anne Lobjoie
5 min

Depuis 2000, les émissions mondiales de C02 augmentent alors que celles de l'Union Européenne se sont réduites. En Europe, on observe maintenant un certain découplage entre croissance économique et émissions : entre 1990 et 2007, le PIB de l'Union Européenne a augmenté de 45% alors que les émissions ont baissé de 9 %, explique François Dejean de l'Agence Européenne pour l'Environnement.

Publicité

Interview de François Dejean de l'Agence Européenne pour l'Environnement, département de l'Air et du Changement climatique.

RFI : Quels sont les pays européens qui ont le plus réduit leurs émissions de CO2 ?

François Dejean : « La restructuration des économies des pays d'Europe de l'Est, qui a suivi la chute du communisme a engendré des réductions d'émissions très importantes au début des années 1990. Réductions dues à la fermeture d'industries très polluantes, des gains importants en efficacité énergétique et, dans une certaine mesure, au remplacement du charbon par le pétrole et le gaz pour la production d'énergie. Les pays où les réductions ont été les plus significatives sont donc les anciens pays de l'Est. Avec la réunification, l'Allemagne a également enregistré de semblables réductions. Le Royaume Uni, aussi, consécutivement au passage du charbon au gaz, pour le chauffage notamment. »

RFI : Au niveau mondial, 2008 a connu une baisse des émissions de CO2. Attribuez-vous cette régression à la crise économique?

F.D. : « Selon les estimations de l'Agence européenne pour l'Environnement, la baisse d'émissions au niveau européen est effective et en partie liée à la crise. Cette corrélation est sensible en ce qui concerne la deuxième partie de l'année 2008 et devrait se poursuivre au moins sur l'année 2009 : la baisse de la consommation des ménages et de la production industrielle engendrent une diminution de la demande en énergie de la part de l'industrie et une baisse des émissions liées au transport de marchandises. »

RFI : Quelles sont vos estimations concernant les émissions de CO2 pour la période 2008–2012?

F.D. : « Selon les données transmises par les pays membres de l'UE, les émissions totales de l'Union des 15 pourraient "tomber" sous la barre des moins  8 % par rapport à 1990, grâce a la bonne performance de certains gros émetteurs tels que l'Allemagne, le Royaume Uni et la France, en bonne voie pour respecter leurs propres objectifs. Cette réduction globale pourrait atteindre 13,1%, soit 5,1 points de mieux que l'objectif de réduction de 8%, si tous les dispositifs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont respectés, à savoir : maintien des forêts, qui captent le CO2 présent dans l'atmosphère (puits de carbone), bon fonctionnement du marché européen des quotas d'émissions (concernant les grosses industries émettrices) et des mécanismes de flexibilités prévus par le Protocole de Kyoto.»

RFI : Comment qualifieriez-vous la lutte européenne contre le réchauffement climatique ?

F.D. : « L'Union Européenne a souscrit à des engagements dans le cadre du Protocole de Kyoto, qu'elle est en train d'atteindre. Elle s'est d'ores et déjà imposé un objectif de réduction de ses émissions de 20% d'ici à 2020 par rapport aux niveaux de 1990. Elle est prête à porter cette réduction à 30 % dans le cadre d'un accord mondial global pour l'après-2012. La condition est que les autres pays développés s'engagent à atteindre des réductions d'émissions comparables et que les pays en développement apportent une contribution adaptée à leurs responsabilités et à leurs capacités. L'Union Européenne prend donc des engagements sérieux en matière de lutte contre le changement climatique, et elle se donne les moyens de les atteindre, comme en témoigne par exemple l'adoption du paquet climat-énergie cette année. Bien sûr, parmi les pays membres de l'Union, les situations peuvent être contrastées et certains pays doivent intensifier leurs efforts, comme le montre le dernier rapport de l'Agence Européenne pour l'Environnement. »

RFI : Quels engagements doivent être pris par l’Union Européenne et le reste du monde à Copenhague ?

F.D. : « L'Union Européenne souscrit à l'objectif des 2 degrés, c'est-à-dire qu'il faut limiter la hausse des températures à la surface de la planète à un maximum de 2 °C au-dessus des niveaux de l'ère préindustrielle, afin d'éviter les effets catastrophiques et irréversibles du changement climatique. Cet objectif est en ligne avec les recommandations des scientifiques et il détermine le niveau d'ambition nécessaire pour un accord à Copenhague. Pour atteindre cet objectif des 2 °C, il est indispensable que les émissions mondiales de gaz à effet de serre culminent au plus tard en 2020, qu'elles soient réduites, d'ici 2050, d'au moins 50 % par rapport aux niveaux de 1990 et qu'elles continuent de diminuer ensuite. Cela signifie que les pays développés devraient réduire collectivement leurs émissions de gaz à effet de serre de 25 à 40 % d'ici 2020 et de 80 à 95 % d'ici 2050, par rapport aux niveaux de 1990, tandis que les pays en développement considérés dans leur ensemble devraient modifier considérablement leur comportement afin de rester en deçà du taux de croissance des émissions prévu actuellement, de l'ordre de 15 à 30 % d'ici 2020. »

RFI : Pensez-vous que cela soit possible ?

F.D. : « Dire que la tâche est ardue est un euphémisme. Le processus de négociations est d'une extrême complexité, étant donné à la fois l'étendue des dossiers sur lesquels il faut avancer en même temps et l'étendue des enjeux, des intérêts et des positions des différents pays. Bien que des progrès aient été enregistrés dans les négociations, celles-ci ont jusqu'à présent avancé très lentement, au regard de l'objectif qui est de trouver un accord final à Copenhague en décembre cette année 2009. Les dirigeants devront faire preuve d'une très grande volonté politique pour trouver un accord qui réponde aux objectifs que l'on s'est fixés. »

Emissions de gaz à effet de serre en Europe de 1990 à 2008
Emissions de gaz à effet de serre en Europe de 1990 à 2008 Agence Européenne pour l’Environnement

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.