Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire/Justice

Filière café-cacao: les détenus récusent leurs avocats

Texte par : RFI Suivre
2 min

Les détenus de la filière café-cacao qui croupissent en prison, sans jugement, depuis 17 mois, ont décidé de récuser en bloc leurs avocats et refusent désormais de se rendre aux convocations de la justice. Cette décision fait notamment suite aux deux jours de manifestations qu’eux-mêmes et leurs familles ont organisés à Abidjan pour dénoncer la prolongation de leur détention qu’ils considèrent comme illégale.

Publicité

Détenus depuis juin 2008 à la Maca, les anciens dirigeants de la filière café-cacao se rebiffent. Convoqués mardi par le juge d’instruction qui enquête sur d’éventuels détournements de fonds dans la filière café-cacao, ils ont refusé de se rendre au palais de justice, préférant faire le siège du greffe de la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan.

Lundi et mardi, leurs proches ont manifesté devant la cathédrale. Les forces de l’ordre les ont dispersés à coup de gaz lacrymogène. Après avoir refusé en bloc de comparaître devant le doyen des juges d’instruction, les prévenus de la filière ont donc décidé de « dé-constituer » leurs avocats.

Maître Luc Adjé, ancien bâtonnier d’Abidjan, avocat de quatre prévenus, explique la décision des prévenus : « Les prévenus ont décidé de ne plus comparaître devant le juge d’instruction parce qu’il est apparu que le juge d’instruction instruisait ce dossier véritablement à charge. Et ils estiment que si le juge d’instruction avait des éléments pertinents contre eux, il le leur aurait déjà fait savoir. Ces personnes bénéficient quand même de la présomption d’innocence. Il faut un procès, mais ils pensent qu’il n’y aura certainement pas un procès avant les élections. Maintenant est-ce que pour une raison ou une autre il n’y aura pas de procès, ça je ne peux pas vous le dire,  mais nous nous souhaitons d’être jugés. »

Depuis dix-sept mois, la justice ivoirienne multiplie les études d’audit de la filière café-cacao et soutient que le maintien en détention de ses anciens dirigeants est indispensable à la manifestation de la vérité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.