Accéder au contenu principal
Philippines

Massacre à Mindanao : le principal suspect arrêté

La police a arrêté plusieurs suspects dont le principal, et confisqué une quantité importante d'armes.
La police a arrêté plusieurs suspects dont le principal, et confisqué une quantité importante d'armes. Reuters/Stringer

Le principal suspect du massacre qui a fait au moins 57 morts lundi dans le sud des Philippines, Andal Ampatuan junior, fils du gouverneur de la province de Maguindanao, a été arrêté par la police. Ce notable est un allié important de la présidente philippine Gloria Arroyo, mais celle-ci a promis que nul n'échapperait à la justice, étant donné l'ampleur du massacre. Le suspect a été transféré vers Manille pour être interrogé.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Sébastien Farcis

La reddition du principal suspect, Andal Ampatuan Jr. a été obtenue grâce à une longue négociation de la part du gouvernement. Et jusqu’à la dernière minute, l’armée a dû fortement sécuriser la zone de cette reddition. Ce membre éminent du clan Ampatuan a été finalement transféré à Manille, où il sera interrogé dans l’enquête sur le massacre de lundi.

Mais le gouvernement philippin est parti également dans une chasse aux hommes de main du clan des Ampatuan. Vingt membres de leurs milices ont déjà été arrêtés, et plus de 300 autres ont été désarmés, et leurs empreintes seront comparées à celles trouvées sur les lieux du crime.

Le ministre de l’Intérieur a été plus loin, en affirmant que ce massacre a été possible grâce à la participation active de la police locale, qui s’est retrouvée sous la domination de ce clan de chefs de guerre. Quatre policiers, dont le chef de la police provinciale et celui de la ville concernée, ont donc été arrêtés et devraient être mis en examen.

Enfin, tous les ports d’armes ont été annulés dans les deux provinces concernées. Une mesure difficile à faire appliquer dans une région où tout le monde est armé, et qui sera donc la mission de plusieurs bataillons de forces spéciales envoyées en renfort dans l’ouest de Mindanao.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.