Accéder au contenu principal
Suisse/Justice

Roman Polanski pas encore sorti de prison

Chalet de Roman Polanski à Gstaad, en Suisse.
Chalet de Roman Polanski à Gstaad, en Suisse. AFP/Fabrice Coffrini

Ordonnée mercredi 25 novembre par le Tribunal fédéral, la libération sous caution de Roman Polanski a été validée ce jeudi par la justice suisse. Les autorités suisses ne vont pas faire appel de cette décision. À sa sortie de prison, le cinéaste sera assigné à résidence dans son chalet à Gstaad et devra porter un bracelet électronique.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

Le ministère suisse de la Justice doit encore examiner le dossier et se prononcer sur le dépôt d’un éventuel recours devant le tribunal fédéral, la plus haute juridiction du pays. Il peut donc encore remettre en cause la libération provisoire de Roman Polanski.

Mais tout laisse croire qu’il n’en sera rien et que les juristes du ministère suivront l’avis de leur ministre. Eveline Widmer-Schlumpf a en effet affirmé, dès mercredi soir, ne pas voir de motif pour engager une telle procédure. À ses yeux, le tribunal pénal a de bonnes raisons de se prononcer pour cette libération.

C’est une façon de dire que l’aval sera donné et que Roman Polanski quittera très bientôt sa prison pour son chalet de Gstaad où il sera assigné à résidence dans l’attente d’une possible extradition vers les Etats-Unis.

Auparavant, il se sera acquitté d’une caution de quelque trois millions d’euros, versée en liquide. Et pour faire bonne mesure, Roman Polanski sera équipé d’un bracelet électronique permettant de surveiller ses allées et venues.

À plusieurs reprises, la Suisse avait en effet refusé de remettre en liberté Polanski de peur qu’il ne file à l’étranger. Les garanties sur la table sont aujourd’hui jugées suffisantes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.