Accéder au contenu principal
Philippines/Mindanao

« Andal Ampatuan Jr nous a ordonné de tous les tuer »

Andal Ampatuan Jr, le 26 novembre 2009.
Andal Ampatuan Jr, le 26 novembre 2009. Reuters/Romeo Ranoco
Texte par : RFI Suivre
1 min

L’enquête sur le massacre de Mindanao de lundi aux Philippines, qui a causé la mort de 57 personnes au moins dont 29 journalistes, avance. Un homme qui aurait été parmi le groupe de tueurs des Ampatuan est apparu devant les caméras et a témoigné.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Sébastien Farcis

C’est un homme cagoulé, apeuré et à la voix hésitante qui est apparu devant la caméra de la chaîne Al Jazeera : « Andal Ampatuan Jr nous a ordonné de tous les tuer, de ne laisser aucun survivant ».

Cet homme, qui se fait appeler Boy, aurait fait partie de la centaine de tueurs et miliciens engagés par ce maire local, pour empêcher son rival politique d’aller déposer sa candidature pour l’élection de mai prochain.

Ce premier témoignage public confirme tout un ensemble de pièces à convictions qui accusent déjà ce membre du clan des Ampatuan, un homme qui était surnommé la « hache » dans l’ouest de Mindanao. Mais un homme qui continue à nier son implication. Après son arrestation jeudi, le gouvernement a révélé que six policiers, dont le chef de la police provinciale, ont déjà été arrêtés pour leur complicité dans le massacre.

La présidente Arroyo, a donné également les pleins pouvoirs au ministre de l’Intérieur pour relever de leurs fonctions tous les élus de Maguindanao. Une manière de faire table rase dans une province qui vit depuis près de dix ans sous le joug de ce clan des Ampatuan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.