France/Mali/Niger

La France demande à tous ses ressortissants de quitter le nord et l’est du Mali

Carte du Mali
Carte du Mali RFI

Le gouvernement français invite ses ressortissants à quitter immédiatement le nord et l’est du Mali et les zones frontalières pour rejoindre Bamako, la capitale. Après l'enlèvement d’un Français dans la nuit de mercredi à jeudi, Paris craint une nouvelle aggravation de la menace terroriste. Pierre Camatte, 61 ans, est retenu par des membres de « l'aile dure » d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il y a six mois un otage britannique retenu par ce même groupe avait été exécuté.

Publicité

Nous avons demandé instamment aux Français présents dans la région de quitter immédiatement la zone et de rejoindre Bamako.

Bernard Valéro, porte-parole du Quai d'Orsay

La bande sahélienne est devenue une zone à risques pour les touristes et les résidents occidentaux. Ces derniers mois plusieurs étrangers ont été kidnappés, puis libérés souvent contre rançon à l'exception du touriste britannique Edwin Dyer qui a été exécuté en juin dernier par une branche maghrébine d'al-Qaïda dirigée par l'Algérien Abou Zeïd. Selon une source malienne, c'est d'ailleurs le même groupe qui détiendrait le Français Pierre Camatte kidnappé dans la nuit de mercredi à jeudi dans la ville de Ménaka.

Dans le Sahel, les groupes terroristes travaillent main dans la main avec des bandes criminelles qui procèdent aux enlèvements avant de leur revendre les otages. Pierre Camatte est le premier Français enlevé au Nord-Mali et le ministère français des Affaires étrangères redoute manifestement qu'il ne soit pas le dernier.

En demandant à ses ressortissants de quitter le Nord du Mali ainsi que le Nord du Niger le ministère traduit l'inquiétude qui règne dans ces régions. Il y a une dizaine de jours trois ONG françaises avaient évacué leur personnel étranger de Gao suite à des rumeurs de kidnapping.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail