Ouganda

Les Baganda contre la nouvelle loi sur la propriété foncière

Le roi des Baganda, Ronal Muwenda Mutebi (C), lors de sa visite à Kampala, en Ouganda, le 10 septembre 2009.
Le roi des Baganda, Ronal Muwenda Mutebi (C), lors de sa visite à Kampala, en Ouganda, le 10 septembre 2009. AFP/Peter Busomoke

La nouvelle loi donne des droits importants aux occupants sans titres au détriment des propriétaires. Tout le monde n'apprécie pas. Dans le centre du pays, le roi des Baganda, auquel appartient la plupart des terres, fait savoir qu'il ne s'y pliera pas.

Publicité

Le Premier ministre du royaume a déclaré dans une conférence de presse qu’il s’opposerait à l’application de cette nouvelle loi qui donne d’importants pouvoirs aux occupants sans titre.

L’immense majorité des Ougandais n’ont pas de titre de propriété et vivent un peu comme des squatteurs sur les terres publiques ou celles des potentats locaux. Des émeutes avaient fait plus de 24 morts à Kampala en septembre dernier quand l’Exécutif avait tenté avec succès d’empêcher le roi des Baganda d’aller visiter l’une de ses terres.

Cette nouvelle loi risque d’alimenter ce conflit. Elle est fermement rejetée par le royaume du Baganda qui possède la plupart des terres du centre du pays. Elle a pourtant été adoptée par 112 voix contre 55 dans un Parlement plus agité que jamais.

Les élections générales vont avoir lieu en 2011 en Ouganda et le président sortant espère gagner beaucoup de voix avec cette réforme. Il n’y aurait en Ouganda que 600 000 propriétaires fonciers sur une population de 33 millions de personnes.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail