Accéder au contenu principal
Commerce

Première grand-messe de l'OMC depuis quatre ans

Pascal Lamy, directeur général de l’OMC.
Pascal Lamy, directeur général de l’OMC. Reuters / Denis Balibouse
Texte par : RFI Suivre
1 min

Plus d'une centaine de ministres des quatre coins de la planète sont attendus lundi à Genève pour la première grande réunion de l'Organisation mondiale du commerce depuis quatre ans. Une réunion dont on n'attend pas de pas décisif dans les négociations commerciales du cycle de Doha, bloquées depuis 2005. Ce sera plutôt l'occasion d'un bilan sur le rôle de l'OMC dans la crise.

Publicité

Le directeur de l'OMC, Pascal Lamy, le reconnait lui-même : « aucun spasme de négociation n'est à attendre ». Tout au plus attend-il des ministres « qu'ils aient une discussion sur la manière dont ils comptent conclure le cycle l'année prochaine ».

Les négociations commerciales dites du cycle de Doha sur la libéralisation des échanges sont bloquées depuis quatre ans. Elles achoppent principalement sur les subventions agricoles maintenues par les Etats-Unis et l'Union européenne. Etant donné que Washington est pour l'instant très focalisé sur le climat et la santé, il serait étonnant que les Etats-Unis clarifient leur position commerciale à l'occasion de ce rendez-vous. Quant à la commissaire européenne au commerce, elle est sur le départ.

Cette première grande réunion de l'OMC depuis quatre ans sera plutôt l'occasion d'un bilan de l'organisation elle-même, dans un contexte de crise. Une crise qui a fait chuter de 10% les échanges mondiaux, mais qui n'a pas occasionné le retour au protectionnisme, à part quelques conflits bilatéraux. Selon l'OMC, seul 1% du commerce mondial aurait été affecté par des mesures de restriction.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.