Accéder au contenu principal
Mauritanie / Espagne/Enlèvement

Journée de rumeurs autour des trois otages espagnols

Logo de Barcelona-Accio-Solidaria, ONG pour laquelle travaillent les trois otages espagnols.
Logo de Barcelona-Accio-Solidaria, ONG pour laquelle travaillent les trois otages espagnols. lfb.es
Texte par : RFI Suivre
2 min

C’est toujours l’incertitude totale concernant le sort des trois humanitaires espagnols enlevés dimanche en Mauritanie. Mardi, toute la journée et jusque tard dans la soirée, les rumeurs les plus diverses de localisation et même de libération des otages se sont succédées.

Publicité

Dès la fin de la matinée mardi, les sites internet mauritaniens reprenaient la nouvelle : les ravisseurs des Espagnols seraient localisés et cernés. Mais au fil de la journée, deux hypothèses contradictoires concernant cette localisation ont circulé : selon la première hypothèse, les otages se trouveraient en plein désert, à 150 km au nord de Nouakchott. Dans la seconde hypothèse, ils seraient dans la région d’Aguini au nord de la frontière mauritanienne, une zone contrôlée par le Front polisario.

Une succession d’informations qui ont suscité publications puis rétractations jusque sur les sites internet des journaux espagnols qui suivent l’affaire de près. Dans l’après-midi le quotidien El Pais indiquait que le président mauritanien lui-même aurait démenti une quelconque localisation, lors d’une réunion avec l’ambassadeur d’Espagne en Mauritanie. La conférence de presse donnée dans la foulée par ce même ambassadeur a rajouté à la confusion puisqu’il a souligné ne pouvoir ni infirmer ni confirmer la localisation des otages afin de garantir leur sécurité.

Enfin, dans la soirée, une source sécuritaire marocaine relayée par l‘Agence France Presse a annoncé la libération des Espagnols dans la région d’Aguini. Une nouvelle rapidement démentie par le gouvernement marocain et par le Front polisario.

Face à ce flot d’informations non confirmées, les autorités mauritaniennes restent muettes. Aucune déclaration officielle n’a été faite depuis l’enlèvement il y a désormais deux jours, un enlèvement qui n’a toujours pas été revendiqué.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.