Accéder au contenu principal
Chili / Armée

Le navire-école Esmeralda rattrapé par son passé de centre de torture

Le navire école chilien, Esmeralda.
Le navire école chilien, Esmeralda. Wikimedia / Denis C. Cantrell
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le Chili se prépare à fêter en grandes pompes le bicentenaire de son indépendance et parmi les événements phares, la Régate du Bicentenaire. Fleuron de cette manifestation nautique, le navire école Esmeralda se prépare à effectuer un tour du monde. Or mardi, tout a été arrêté. La justice a arrêté douze militaires à la retraite, inculpés pour des actes de torture perpétrés sur le navire pendant la dictature militaire.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Claire Martin

Le tour du monde du bateau-école Esmeralda célèbrera l’an prochain le bicentenaire de l’indépendance du Chili. En 2010, le Chili fêtera ses 200 ans bougies. Mardi, tout était donc prêt pour accueillir la cérémonie à laquelle étaient attendus le ministre de la Défense et les ambassadeurs des treize pays d’Europe et d’Amérique latine où s’arrêtera le navire pendant son tour du monde.

Or le jour même, la Marine a annulé. L’une des raisons avancées est que la fête était gâchée, a-t-elle expliqué dans un communiqué. En effet, ce mardi-là, un peu plus tôt dans la journée, la juge Eliana Quezada a fait arrêter et mettre en examen douze militaires à la retraite. Haut-gradés. vice-amiraux, capitaine de frégate, sous-officiers, ils sont inculpés pour séquestration et tortures perpétrés sur le navire Esmeralda.

Fleuron de la Marine, ambassadeur du Chili sur les flots, l'Esmeralda servi de centre de torture et de détention au lendemain du coup d’Etat d’Augusto Pinochet en 1973. Les mauvaises langues disent que la Marine a tout annulé pour manifester son opposition à la justice. Ce que le ministre de la Défense, Francisco Vidal, a immédiatement contesté. Lui seul serait responsable. Un problème d’agenda l’empêchait de se rendre à la cérémonie. D’où son report à une date ultérieure, encore indéterminée.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.