Accéder au contenu principal
France / Mayotte

Des manifestations contre la vie chère dégénèrent à Mayotte

Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les manifestations du 3 décembre contre la vie chère sur Petite-Terre, à Mayotte, île où se situe l’aéroport mahorais, ont tourné à l’affrontement, causant 15 blessés, dont trois graves du côté des gendarmes. Marie-Luce Penchard, ministre de l’Outre-Mer, a appelé au calme et a annoncé l’arrivée des renforts dépêchées de La Réunion.

Publicité

C’est à l’appel du collectif des « citoyens perdus de Labattoir et de Pamandzi », deux localités de Petite-Terre, que les manifestations ont eu lieu le 3 décembre. La veille, une réunion du Conseil général devait décider d’une hausse du prix des barges assurant la liaison toute les demi-heures entre les deux parties de Mayotte. Cette hausse, différée une première fois en raison de manifestations hostiles, devait faire passer le ticket de 0,7 centimes à un euro. Pour calmer toute contestation, la délibération a été retirée de l’ordre du jour. Le Conseil général ayant décidé de demander une aide exceptionnelle de l’Etat.

Mais le calme n’est pas pour autant revenu sur l’île. Toute la matinée du 3 décembre, des incidents se sont succédé sur Petite-Terre. Pour la troisième fois, les manifestants sont descendus dans la rue, occupant plusieurs ronds-points stratégiques. Les protestataires exprimaient leur exaspération face à la vie chère : « On a des enfants. On se fait du souci pour eux. Ils meurent de faim. Et la vie est chère à Mayotte. Un carton de mabawa (aile de poulet), coûte 50 euros…», crie cette mère de famille.

Les barrages dressés par les manifestants sur Petite-Terre ont été dégagés, précise le préfet. Marie Luce-Penchard, ministre de l’Outre-Mer, tout en appelant la population au calme,  lui demande de « ne pas écouter ceux qui cherchent le chemin de la violence ». Elle  rappelle que « le gouvernement a toujours accompagné Mayotte ».

Ile française de l’océan Indien, Mayotte compte près de 200 000 habitants, avec une forte immigration clandestine et affiche quatre-vingts millions d’euros de déficit.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.