Accéder au contenu principal
Suisse

Les grosses fortunes suisses ont fondu en 2009

En 2009, la Suisse ne compte plus que 133 très riches contre 138 en 2008.
En 2009, la Suisse ne compte plus que 133 très riches contre 138 en 2008. AFP
Texte par : Patricia Lecompte
3 min

Le magazine suisse Bilan vient de publier son classement 2009 des 300 plus grosses fortunes de résidents suisses qui, réunies, totalisent la somme de 297 milliards d’euros. Les riches sont moins riches que l'an passé et ils sont un peu moins nombreux.

Publicité

Frappés par la crise, les Suisses les plus fortunés ont perdu, en un an, un peu plus de 6 milliards et demi d'euros. Et le nombre de riches dont la fortune dépasse le milliard de francs suisses, soit 660 millions d’euros, a diminué. Cinq milliardaires sont sortis du classement. En 2009 on ne compte plus que 133 très riches contre 138 en 2008.

Indétrônable, Ingvar Kamprad, le fondateur d’Ikéa, occupe pour la huitième fois consécutive la tête du classement. Sa fortune est estimée à 35 milliards d’euros, ce qui le place au 7ème rang des fortunes mondiales. Ce Suédois peut garder le sourire, puisqu’en un an le chiffre d’affaires d’Ikéa a progressé de 397,8 millions d’euros. Il est suivi de loin par la famille Hoffman-Oeri, principale actionnaire du groupe pharmaceutique Roche et en troisième place, ex-aequo les familles Bertarelli, ancien propriétaires de la 3éme entreprise de biotechnologies au monde, et les Brenninkmeijer, possesseurs de l’enseigne de mode C&A, avec des fortunes oscillant entre 6 et 7 milliards d’euros.

Des gagnants et des perdants

Tous les riches n’ont pas subi les effets de la crise, certains même se sont enrichis. Comme, par exemple, Margherita Agnelli de Pahlen, une des héritières de l’empire Fiat, dont la fortune a bondi de 225%, grâce à une réévaluation de son héritage. En revanche, d’autres ont du faire face à des déconvenues financières, comme l’investisseur russe, Viktor Vekselberg. Après des investissements malheureux en Russie, ce milliardaire a subi d’importantes pertes estimées à près de 2 milliards d’euros. L’héritière Athina Onassis a du affronter la crise économique qui a frappé les compagnies de fret maritime, ce qui lui a coûté, pour le moment, 6 milliards et demi d’euros.

Au classement des supers-riches, les femmes sont représentées à hauteur de 7% et la plus riche d’entres elles est Charlène de Carvaho-Heineken. Les personnalités des arts, du sport et du spectacle figurent également dans ce classement très fermé. Malgré la crise, le cercle s’est agrandi de 19 nouveaux noms, dont le pilote de Formule 1 Kimi Raïkkönen, fondateur de Swissquote, banque de négoce en ligne. Michael Schumacher n’a cependant pas réussi à pénétrer le saint des saints, sa fortune frôlant à peine le milliard de francs suisses.

La Suisse garde tout son attrait

Les rives du lac Léman restent toujours très prisées. Un quart des 300 plus riches résident à Genève, vient ensuite le canton de Vaud avec 33 grosses fortunes. Les Français ne sont pas en reste, et selon le magazine Bilan, ils seraient de plus en plus nombreux à s’y installer. Surtout depuis que le fisc français se montre plus regardant. De grands noms de l’industrie française sont résidents suisses. En tête de liste figurent les familles Weitheimer (Chanel), la famille Peugeot (l’automobile), le patron de presse Philippe Hersant ainsi que Benjamin Rotschild, héritier de la dynastie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.