Accéder au contenu principal
Etats-Unis

L’Afghanistan au centre des émissions politiques du dimanche

La nouvelle stratégie du président Obama en Afghanistan a été au centre des discussions des émissions politiques du dimanche. Membres de l’administration et parlementaires ont défendu ou critiqué l’un des aspects les plus controversés du plan : l’annonce d’une date de retrait des forces américaines en 2011.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

La Maison Blanche a aligné ses plus grandes stars pour réfuter l’argument selon lequel annoncer que les Américains commenceront à se retirer en juillet 2011 ne peut que conforter l’ennemi et démoraliser Afghans et Pakistanais. Sur ABC, CBS et NBC, Robert Gates, toujours accompagné d’Hillary Clinton, n’a cessé de répéter qu’il ne s’agissait pas d’un départ, mais du début d’une transition au cours de laquelle les forces afghanes commenceront à remplacer progressivement celles de la coalition.

Pas question, a précisé le secrétaire à la Défense, d’abandonner l’Afghanistan comme en 1989, après la retraite soviétique. Jim Jones, le conseiller pour la sécurité nationale, a dit sur CNN, à propos de cette date de juillet 2011 qu’il ne s’agissait pas d’une falaise, mais d’une rampe d’accès pour passer d’un niveau à un autre. « Ça n’est pas une ruée vers la sortie », a renchéri le général Petraeus sur Fox News.

Mais à l’inverse de ses collègues républicains dont John McCain sur NBC, le sénateur démocrate Russ Feingold rejète un plan qui mobilise 100 000 militaires pour combattre une centaine de membres d’al Qaida et 20 000 talibans. Sur ABC, il a déclaré : « Vu notre situation économique,ça n’est certainement pas la priorité des Américains ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.