Accéder au contenu principal
Musées & Grève

En France, les musées toujours touchés par la grève

En raison du mouvement de grève, le musée du Louvre n'a pu que partiellement ouvrir ses portes le 4 décembre 2009.
En raison du mouvement de grève, le musée du Louvre n'a pu que partiellement ouvrir ses portes le 4 décembre 2009. REUTERS/Gareth Watkins
Texte par : Elisabeth Bouvet
2 min

Depuis le mercredi 2 décembre, un mouvement de grève perturbe l’accès à certains musées et monuments nationaux à Paris et en province. Les grévistes protestent contre les suppressions d’emplois à venir. Particulièrement affecté, le Centre Pompidou fermé depuis le 23 novembre.

Publicité

Même si le week-end a vu la réouverture des musées comme Orsay - après quatre jours de fermeture - et des monuments nationaux comme le château de Versailles, le mouvement continue, et notamment au Centre Pompidou qui est fermé au public depuis le 23 novembre dernier. En cause, l’application de la règle du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux (dans le cadre de la révision générale des politiques publiques) qui impliquerait la suppression entre 2009 et 2011 de 1 000 postes sur les 23 000 que compte l’ensemble du secteur culturel public. Ce qui, selon l’intersyndicale du ministère de la culture, empêcherait les musées de mener à bien leur mission, et notamment au Centre Pompidou où la pyramide des âges laisse augurer d’une véritable hémorragie.   

Ce lundi, au 6e jour de grève pour toutes les autres institutions, nombre de musées restent fermés, ainsi de la Conciergerie ou de la Sainte-Chapelle. Quant au Louvre, il est ouvert à 70%. On ne devrait donc pas revoir de scènes de bousculades comme ce fut le cas vendredi matin quand des visiteurs ont tenté d’entrer dans le musée malgré la présence de grévistes. Côté gouvernement, rien de nouveau depuis les déclarations jeudi dernier de Frédéric Mitterrand. Le ministre de la culture a notamment insisté sur la nécessité d’appliquer la réforme dans les musées et monuments nationaux. « Cette réforme a été menée par un gouvernement qui est issu du suffrage universel. Cette réforme devra s’appliquer », s’est-il contenté d’énoncer. Une fermeté qui n'a réussi qu'à attiser la colère des grévistes qui dénoncent le désengagement du locataire de la rue de Valois. 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.