Accéder au contenu principal
Pologne

Jaruzelski aurait demandé une intervention soviétique

Le général Jaruzelski, le 7 mai 1983.
Le général Jaruzelski, le 7 mai 1983. AFP

Le général Wojciech Jaruzelski, dernier dirigeant communiste de Pologne, est accusé par un ancien militaire soviétique d’avoir sollicité l’intervention de Moscou à la fin de 1981, pour écraser le mouvement de contestation. Un témoignage publié par l’institut polonais de la mémoire (IPN). Or, cette version de l’histoire a toujours été niée par le général Jaruzelski. 

Publicité

Le général Jaruzelski a toujours expliqué qu'il avait proclamé la loi martiale en décembre 1981 pour éviter justement que la Pologne ne vive les mêmes événements que la Hongrie en 1956 et la Tchécoslovaquie en 1968. Autrement dit, les sanglantes interventions de l'armée soviétique pour, soit-disant, aider les autorités nationales à réprimer les contre-révolutions.

L'ancien dirigeant polonais a même précisé que la loi martiale était certes néfaste, mais bien moins que ce qui se serait produit sans elle. Or, une note attribuée à un général soviétique prétend exactement le contraire. Le dirigeant polonais aurait affirmé à l'Union Soviétique ne pas pouvoir gérer seul la contestation si elle s'étendait au pays entier. Car il ne disposait pas de soldats en nombre suffisant dans plusieurs grandes villes.

Ce témoignage est publié par l'institut de la Mémoire nationale polonaise qui a repris les archives de la période communiste. Lech Walesa, chef de file du mouvement de contestation de l'époque, appelle si cela se confirme à juger l'ancien dirigeant pour haute trahison. Mais l'institut ne bénéficie pas d'une légitimité à toute épreuve. Ses détracteurs l'accusent d'être proche de la droite et de mener davantage une chasse aux sorcières qu'une recherche historique objective.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.