Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Budget

Londres va taxer les bonus des banques

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown (G) et son ministre des finances, Alistair Darling  qui présente, devant les députés les grandes lignes du budget 2010/2011, ce mercredi 9 décembre 2009,
Le Premier ministre britannique, Gordon Brown (G) et son ministre des finances, Alistair Darling qui présente, devant les députés les grandes lignes du budget 2010/2011, ce mercredi 9 décembre 2009, REUTERS/Anthony Devlin
Texte par : Myriam Berber
3 min

Le ministre des Finances britannique Alistair Darling a présenté, mercredi 9 décembre 2009 devant les parlementaires, un projet de budget d'austérité pour 2010/2011. Ce texte prévoit une taxe sur les bonus. Cette mesure devrait rapporter plus de 600 millions d’euros aux caisses de l’Etat.

Publicité

Contrairement à l'Allemagne ou la France qui sont sorties de la récession, le Royaume-Uni est toujours solidement ancré dans la crise. Le déficit public devrait atteindre 178 milliards de livres (196 milliards d’euros) cette année, soit 12,6% du produit intérieur brut (PIB). Le gouvernement travailliste vient d'annoncer un projet de budget qui prévoit une taxe sur les bonus.

Seront taxées les banques qui verseront des primes dépassant 25 000 livres (27 500 euros) à leurs employés jusqu’à début avril. Cette taxe s'élèvera à 50% du montant des primes et devrait rapporter à l’Etat britannique 550 millions de livres (600 millions d'euros), selon le ministre des Finances britannique Alistair Darling. Le produit de l’impôt devrait financer les aides au retour à l’emploi. Cette taxe s’appliquera à toutes les banques implantées dans le pays.

Réduire de moitié le déficit public

Pour la City, c’est une très mauvaise nouvelle. Par l’intermédiaire de la corporation City of London, qui représente les intérêts de l’industrie financière, les banquiers ont fait savoir lundi qu’ils jugeaient cette mesure « purement électoraliste ». Cet impôt sur les bonus devrait être très populaire auprès des Britanniques. Le secteur bancaire, largement renfloué via des fonds publics, continue, en effet, de verser d’énormes bonus à ses salariés. L’Etat britannique a engagé 850 milliards de livres (940 milliards d'euros) pour éviter l’effondrement des grandes banques du pays, selon un rapport officiel publié vendredi.

Lors de la présentation de ce pré-budget, le ministre des Finances Alistair Darling a également confirmé l’engagement du gouvernement à réduire de moitié le déficit budgétaire d’ici à 2014. Pour atteindre cet objectif, le chef du gouvernement Gordon Brown a d’ores et déjà promis, lundi, de réduire de 20% en trois ans la paye des hauts fonctionnaires. Dans le collimateur : les salaires de plus de 165 000 euros (150 000 livres) par an.

La pire récession depuis 60 ans

A six mois des élections générales, cette stratégie de proximité avec les faibles revenus, et qui vise à faire apparaître les conservateurs comme le parti des riches, semble porter ses fruits. Selon les derniers sondages, l’avantage des Tories se réduit. Reste que la tâche du gouvernement de Gordon Brown est loin d’être facile.

Le Royaume-Uni affronte sa pire récession depuis soixante ans. Le PIB devrait reculer cette année de 4,75%, a affirmé le ministre des Finances Alistair Darling. L'industrie britannique est le secteur le plus touché par la crise économique. La production industrielle enregistre un recul de plus de 10% en un an.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.