Accéder au contenu principal
Niger

Niamey promet de suspendre les poursuites contre les opposants

Le Premier ministre nigérien, Ali Badjo Gamatié.
Le Premier ministre nigérien, Ali Badjo Gamatié. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le Premier ministre Ali Badjo Gamatié s’est engagé, mardi à Bruxelles, à suspendre toutes les poursuites contre les opposants nigériens, pour tenter de régler la crise politique qui dure depuis le référendum controversé du 4 août dernier. Autre mesure annoncée : la mise en place d'un dialogue avec l'ensemble des intervenants nigériens qui pourrait déboucher sur une rencontre dans une semaine. 

Publicité

Un communiqué de l’Union européenne (UE) a indiqué que le chef du gouvernement de Niamey a notamment annoncé « la suspension de l’ensemble des mandats et des actions judiciaires lancées contre des membres de l’opposition » de son pays. Le Premier ministre Ali Badjo Gamatié a ajouté qu’un « dialogue avec l’ensemble des intervenants nigériens » va être mis en place, devant déboucher sur une première réunion le 16 décembre prochain.

« Un petit pas »

L'opposition nigérienne a commencé à réagir à l’annonce des engagements pris par les autorités. Ainsi, Mahamane Ousmane - ancien président de la République et président de l'ex Assemblée nationale dissoute l'an dernier – a considéré que les engagements annoncés à Bruxelles sont « un petit pas », mais que « pour que ces discussions aient lieu, l’objectif c’est le retour rapide à l’ordre constitutionnel normal, basé sur un dialogue inclusif ».

Mahamane Ousmane, qui vit depuis plusieurs mois hors du Niger, comme l'ancien premier ministre Hama Amadou, a souligné que ces mesures annoncées à Bruxelles doivent être mises en œuvre et tout particulièrement la libération d’un certain nombre d’opposants incarcérés, notamment des anciens parlementaires. Il a également proposé que le dialogue ait lieu au moins dans un premier temps en terrain neutre - pourquoi pas au siège de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, à Abuja ? - en attendant que la confiance revienne.

Il faut noter que plusieurs opposants nigériens, dont Mahamane Ousmane, Mahamadou Issoufou et Hama Amadou ont également été reçus mardi à Bruxelles.

En attendant des résultats concrets, l’UE a décidé de maintenir la suspension de son aide financière au Niger qui s’élève à 458 millions d’euros pour la période 2008-2013. L’aide humanitaire n’est pas affectée pas cette suspension. Bruxelles considère que le référendum du 4 août dernier- grâce auquel le président Mamadou Tandja a obtenu une rallonge de trois ans au pouvoir, après 10 ans à la tête de l’Etat – est une violation de la Constitution nigérienne.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.