Accéder au contenu principal
Thaïlande / Malaisie

Un «Pont de l'amitié» entre les deux pays

Le Premier ministre malaisien, Najib Razak (G) et son homologue thaïlandais, Abhisit Vejjajiva (centre droit) visitent une école islamique dans le sud de la Thaïlande, le 9 décembre 2009.
Le Premier ministre malaisien, Najib Razak (G) et son homologue thaïlandais, Abhisit Vejjajiva (centre droit) visitent une école islamique dans le sud de la Thaïlande, le 9 décembre 2009. AFP/Madaree TOHLALA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva et son homologue malaisien Najib Razak visitent ce mercredi 9 décembre 2009, le sud à majorité musulmane de la Thaïlande. Une visite sous haute sécurité. La région est en proie à une insurrection séparatiste depuis cinq ans. Le Premier ministre malaisien a réaffirmé son plein soutien à l'approche thaïlandaise de ce conflit.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Cette visite dans la province de Narathiwat, frontalière de la Malaisie, vise à afficher la parfaite harmonie entre Bangkok et Kuala Lumpur sur la question du sud Thaïlandais.

Pendant le périple, le Premier ministre malaisien Najib Razak a martelé que l'insurrection séparatiste dans cette région était un problème intérieur à la Thaïlande. Et bien que le sud thaïlandais soit peuplé de musulmans d'ethnie malaise, Kuala Lumpur ne compte aucunement interférer dans le conflit, a-t-il affirmé. Toutefois si Bangkok le souhaite, le gouvernement malaisien est prêt à coopérer dans le domaine de l'échange de renseignements.

Pour les deux chefs de gouvernements, il ne serait pas non plus judicieux d'accorder une certaine forme d'autonomie politique à cette région pour tenter de résoudre le conflit. L'approche privilégiée, selon eux, est celle de la décentralisation qui est pratiquée progressivement dans toutes les provinces de la Thaïlande.

Dans la province de Narathiwat, les deux chefs de gouvernement ont inauguré un « Pont de l'amitié » qui enjambe le fleuve Kolok séparant la Thaïlande et la Malaisie. Un important dispositif de sécurité a été mis en place pour encadrer la visite. Les assassinats et les attentats à la bombe restent en effet quotidiens dans les trois provinces du sud thaïlandais. Environ 3 700 personnes y ont été tuées depuis janvier 2004.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.