Accéder au contenu principal
Exposition & Tiffany

Au verre avec Tiffany

Vitrail "Magnolias" de Louis C.Tiffany , c.1900.
Vitrail "Magnolias" de Louis C.Tiffany , c.1900. Yuri Molodkovets
Texte par : Elisabeth Bouvet
3 mn

Encore un mois pour aller découvrir les œuvres sublimes de l’Américain Louis Comfort Tiffany (1848-1933) qui est à l’affiche du Musée du Luxembourg à Paris. C’est le verre dans tous ses états, dans tous ses éclats. Un ensemble de lampes, vases, bijoux et surtout de vitraux de toute beauté et que la présentation, très aérée, permet d’apprécier pleinement. Louis Comfort Tiffany, couleurs et lumière, une exposition à voir jusqu’au 17 janvier.

Publicité

Pour beaucoup Tiffany renvoie à la fameuse joaillerie de la 5e avenue à New York, rendue célèbre grâce au film de 1961 Breakfast at Tiffany’s (« Diamants sur canapé ») avec l’étincelante Audrey Hepburn. Louis Comfort appartient bien à cette lignée : il est même le fils du fondateur de la très chic boutique ci-dessus mentionnée qui avant de devenir la bijouterie que l’on sait fut un bazar où le jeune Louis Comfort, nous dit-on, « put se former et rêver aux couleurs ».

 

Vase "Liseron" de Louis C.Tiffany, 1915.
Vase "Liseron" de Louis C.Tiffany, 1915. The Detroit Institute of Art

Avant de s’adonner au travail sur le verre, il est d’abord peintre, ce que nous rappelle l’exposition qui, en optant pour un parcours chronologique, dessine - même sans insister - les contours d’une époque où s’entrecroisent influences symbolistes et orientalistes et émergence de l’Art nouveau. Artiste peintre, histoire de faire ses gammes car c’est bientôt vers la décoration qu’il s’oriente. Le voilà décorateur pour l’écrivain Mark Twain et même pour le locataire de la Maison Blanche, Chester A. Arthur (1881-5). Pare-feu, lampes, mosaïques… le verre, déjà, avec de très belles trouvailles tant dans l’usage des couleurs que dans les techniques utilisées, ce dont témoigne, au fond de ce « vestibule », le triptyque conçu en 1895 pour l’entrée d’une maison où l’on voit, dans un camaïeu de verts, une sirène à la chevelure interminable se mêlant aux algues, sortir des flots agrippée à un dauphin. La suite de la visite sera à l’aune de cette pièce, magique et enchanteresse.

Et pas uniquement en raison de la qualité des pièces présentées - fines et minuscules ou grandes et imposantes, devant toutes, on reste médusé -, mais également grâce aux explications qui accompagnent la partie réservée aux vitraux, « la part la moins connue de son œuvre, pourtant la part la plus importante de sa création », peut-on lire. Et l’on prend alors toute la mesure du travail sur le verre pour restituer épaisseur, légèreté, profondeur, superficialité, vitesse, lourdeur aux éléments, personnages, situations illustrés qu’il s’agisse d’ailleurs de scènes religieuses comme ceux commandés pour l’église presbytérienne américaine de Montréal et réalisés entre 1897 et 1902, ou de ces décors floraux tels ces magnolias exceptionnellement prêtés par le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.
 

Lampe "Glycines" de Louis Comfort Tiffany, c.1901.
Lampe "Glycines" de Louis Comfort Tiffany, c.1901. Katherine Wetzel

On verra bien sûr quelques-uns des plus beaux luminaires de Tiffany avec cet alliage du verre et du bronze d’une vraie fausse légèreté qui ont fait sa renommée de par le monde entier, et notamment en Europe où le marchand d’art parisien Siegfried Bing est devenu dès 1894 le distributeur exclusif du verre Tiffany. Lequel sur une commande du même Bing réalisa des vitraux inspirés de onze artistes français dont Bonnard, Toulouse-Lautrec ou encore Vuillard. Entre les beaux-arts et les arts décoratifs, la frontière est décidément labile. Ou l'art de hisser un objet domestique aussi modeste et a priori insignifiant qu'une lampe au rang d'objet d'art. Témoins encore, ces vases absolument sublimes aux formes organiques et aux coloris exquis. Lignes courbes, motifs floraux, couleurs volés aux paons et autres aras… Cette seconde et dernière salle est un éblouissement, un jeu sur les lumières dont les reflets irisent durablement le regard des visiteurs.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.