Accéder au contenu principal
Union europèenne

Climat et aide aux pays pauvres au menu du sommet de Bruxelles

Les dirigeants des pays l'E.U se préparent pour la photo du groupe à Bruxelles, le 10 décembre 2009.
Les dirigeants des pays l'E.U se préparent pour la photo du groupe à Bruxelles, le 10 décembre 2009. Reuters / Yves Herman
Texte par : RFI Suivre
1 min

Les dirigeants des 27, réunis à Bruxelles depuis le 10 décembre 2009, tentent de reprendre la main dans les négociations sur le climat à Copenhague. L’Union européenne annonce vouloir porter à 30%, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’ici 2020. Un accord doit également être trouvé sur une aide immédiate aux pays pauvres.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Bruxelles, Patrick Adam.

L’Europe sera t-elle en pointe à Copenhague ? La réponse est un oui... mais. De source française, on affirme que l’Union s’engagera à diminuer de 30% d’ici à 2020 ses émissions de gaz à effet de serre, à condition que les grands pays en fassent autant. A l’issue du diner, l’Elysée affichait son optimisme. Toutefois, la décision finale sera prise à Copenhague.

Autre décision qui, celle-là doit être prise à Bruxelles, le montant alloué aux pays pauvres. Et cette fois, les déclarations d’intention ne suffisent pas. Il faut trouver deux milliards d’euros par an pendant trois ans sur la base du volontariat. Ce qui n’est pas facile en période de crise.

Les négociations se révèlent très difficiles. Tous les pays n’ont pas encore accepté de s’engager. Mais du côté français, dès jeudi soir 10 décembre 2009, on affirmait que dix-sept Etats membres avaient déjà fait des propositions, de quoi atteindre 1,8 milliard par an.

C’est aux conseillers qu’a été confiée la tâche de trouver la somme manquante, quitte à y passer la nuit.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.