Accéder au contenu principal
Irak

Le pétrole irakien aux enchères

La champ pétrolier de Rumala dans le sud de Basra.
La champ pétrolier de Rumala dans le sud de Basra. REUTERS/Atef Hassan
Texte par : RFI Suivre
1 min

L'Irak organise les 11 et 12 décembre 2009 des enchères pour l'attribution de dix champs pétroliers dont l'exploitation devrait à terme faire de ce pays, l'égal des plus grands producteurs de brut au monde. C'est la deuxième fois que Bagdad organise de tels appels d'offres depuis la nationalisation en 1975 du secteur des hydrocarbures.

Publicité

Quarante-quatre compagnies pétrolières, parmi lesquelles les majors du secteur comme l'Américain Chevron ou le Français Total, participent à cet appel d'offres. Il est vrai que les réserves mises en jeu portent sur plus de 41 milliards de barils de pétrole, soit l'équivalent de la totalité des gisements de la Libye.  Et nulle part ailleurs dans le monde, une telle opportunité ne se représentera, sans compter que la qualité du pétrole irakien et la facilité d'exploitation de ses champs sont des atouts indéniables alors que les réserves se raréfient au Moyen-Orient.

Et si en juin 2009, lors du premier appel d'offres, les compagnies pétrolières s'étaient montrées très prudentes, -un seul contrat avait été octroyé au Britannique BP et au Chinois CNPC-, la concurrence risque cette fois-ci d'être plus acharnée. Car il s'agit pour ces compagnies, de la dernière occasion de prendre pied dans un pays qui possède les troisièmes réserves de brut de la planète.

Ces enchères se déroulent alors que la nouvelle loi sur le secteur des hydrocarbures n'a toujours pas été adoptée. Un risque que les compagnies pétrolières semblent aujourd'hui prêtes à prendre.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.