France / Algérie

Moines de Tibéhirine : la piste d'une « bavure » toujours maintenue

Les moines trappistes du monastère de Tibéhirine dans l'Atlas algérien.
Les moines trappistes du monastère de Tibéhirine dans l'Atlas algérien.

Les notes déclassifiées le mois dernier sur l'affaire des sept moines de Tibéhirine confortent l'idée d'une bavure militaire de l'armée algérienne sans pour autant l'attester explicitement. C'est ce qui ressort de l'analyse faite par le juge Trevidic et l'avocat des parties civiles Me Baudouin. Ils demandent  la levée du secret défense sur l'ensemble des documents.

Publicité

Pour l'instant ce que l'on peut dire, quand on recoupe les documents du Quai d'Orsay, du ministère de l'Intérieur et de la Défense, c'est que l'interrogation existait, quelques jours après l'enlèvement des moines...

Me Baudoin sur les Moines de Tibéhirine

Si certaines notes de la DGSE sont très factuelles et sans commentaire, d'autres écrits, notamment ceux de la DST et du général Rondot, sont beaucoup plus intéressants. Ils montrent comment la position de l'officier français de renseignement a évolué au fil du temps.

Après la mort des moines, le général Rondot apparaît amer, fait état d'une coopération difficile avec ses homologues algériens, et constate qu'aucune priorité n'a été donnée au cas des religieux. Il ressort notamment des notes que des opérations militaires de très grande envergure ont été menées dans le secteur où les moines avaient été localisés, entre le 20 et le 22 mai 1996, précisément au moment où ils auraient été tués.

Même si rien n'est dit de manière très explicite, les documents déclassifiés vont dans le sens du témoignage de l'ancien attaché de Défense de l'ambassade de France. Le général Buchwalter avait eu très tôt des informations relatives à une bavure. Mais les notes qu'il a lui même rendues sur ce sujet sont encore confidentielles.

C'est pour cela qu'il faut lever le secret défense sur la totalité des documents, plaide l'avocat des parties civiles. Pour Me Baudoin, la version des autorités algériennes sur le rôle joué par les islamistes du GIA est de moins en moins crédible car elle comporte trop de failles.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail