Accéder au contenu principal
Brésil / France

Disparition du vol AF 447 : l'enquête suit son cours

Débris du vol 447 d’Air France parvenu au port de Recife, le 14 juin 2009.
Débris du vol 447 d’Air France parvenu au port de Recife, le 14 juin 2009. Reuters / Alexandre Severo
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le directeur du Bureau d’enquêtes et d’analyses de l’aviation civile française est au Brésil où il a rencontré les représentants des familles des victimes brésiliennes pour leur faire un point sur l’enquête.

Publicité

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Annie Gasnier

Six mois après la disparition du vol AF 447, les proches des victimes brésiliennes de la tragédie ont pu rencontrer des membres du Bureau d´enquêtes et d´analyses. Pendant près de trois heures, loin des micros et caméras, les enquêteurs français ont répondu aux questions d´une trentaine de personnes. Le directeur du BEA, Jean-Paul Troadec, a voulu les rassurer : «Je pense qu’ils voulaient d’abord avoir l’assurance que cette enquête se poursuivait et était menée avec le souci de rechercher la vérité. Nous avons essayé de les convaincre – j’espère que nous avons réussi- que nous menions cette enquête en toute indépendance afin de prendre des mesures en terme de sécurité. »

Le BEA leur a exposé les détails des nouvelles opérations de recherche qui devraient reprendre en février. Des sonars et robots sous-marins, d´une société restant à désigner, tenteront à nouveau de localiser l´épave de l´avion au fond de l´océan.

Les boîtes noires sont indispensables à la conclusion de l´enquête. Pour cela, des calculs scientifiques sont effectués, pour délimiter une zone où se trouveraient les principaux débris. En attendant, le deuxième rapport intermédiaire du BEA sera présenté à Paris jeudi prochain. Il comporte des éléments nouveaux, avancent les enquêteurs, mais aucune explication sur les causes de l´accident.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.