Accéder au contenu principal
Philippines

Les quarante-sept otages ont été libérés

Des membres du groupe Ondo Perez pris en charge par la police.
Des membres du groupe Ondo Perez pris en charge par la police. REUTERS/Romeo Ranoco
1 min

Ils sont libres, sains et saufs après avoir été retenus en otages pendant trois jours et un moment menacés d'exécution sur l'ile de Mindanao, dans le sud des Philippines. Quarante-sept hommes, femmes et adolescents qui étaient encore aux mains du groupe armé qui, jeudi 10 décembre 2009, avait enlevé au total 75 civils parmi lesquels des écoliers.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Sébastien Farcis

« La vie des otages contre mon amnistie », c’est en quelques mots résumé l’accord que vient d’obtenir Ondo Perez avec le gouvernement local. Celui-ci a fait une énorme concession sur ses positions antérieures, en acceptant de signer un papier par lequel, il s’engage à ne pas poursuivre Ondo Perez et ses hommes pour cet enlèvement, ni d’ailleurs pour le meurtre dont il était précédemment accusé. Tous ces chefs d’inculpation devraient être levés si l’on en croit les mots de cet accord.

A la place de la justice formelle, les deux parties s’en remettent à la justice coutumière, à travers la commission philippine des peuples indigènes. C’est en effet un conflit entre deux familles qui est à la source du premier meurtre et de cet enlèvement ; un conflit de terre qui a dégénéré, comme cela est courant à Mindanao, en une guerre entre deux clans qui se jurent vengeance. Et c’est cette haine que vont essayer d’apaiser les chefs tribaux de cette province de l’est de Mindanao.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.