Accéder au contenu principal
Sommet de l'ALBA / Cuba

L' ALBA rejette les menaces de Clinton sur ses relations avec l'Iran

De gauche à droite : Hugo Chavez, président du Venezuela, Raul Castro, président de Cuba et Evo Morales, président de la Bolivie
De gauche à droite : Hugo Chavez, président du Venezuela, Raul Castro, président de Cuba et Evo Morales, président de la Bolivie AFP / Omar Torres
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Les Etats de la gauche radicale latino-américaine, réunis en sommet depuis dimanche à La Havane, ont une nouvelle fois durement critiqué les Etats-Unis. Sur fond de crise régionale, provoquée par l'accord militaire entre Washington et la Colombie, le président cubain Raul Castro a fustigé l’administration Obama.

Publicité

Les pays de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), emmenés par le Venezuela et Cuba, n’ont pas mâché leurs mots. Raul Castro a dénoncé en leur nom, « l'établissement de bases militaires américaines sur le sol colombien », que le président cubain a qualifié « d’offensive hégémonique de la part du gouvernement américain et d’acte d'agression contre toute l'Amérique latine et les Caraïbes ».

À entendre ses homologues du Venezuela, de la Bolivie et du Nicaragua, plus personne parmi les membres du bloc régional « anti-impérialiste » de l'ALBA ne croit en la promesse de Barack Obama qui avait plaidé pour une « nouvelle ère » dans les relations entre Washington et ses voisins latino-américains.

Hugo Chavez s'est insurgé contre les propos de la secrétaire d'Etat américaine. Hillary Clinton avait mis en garde l'Amérique latine contre la « mauvaise idée d'un flirt avec l'Iran », après une tournée du président Mahmoud Ahmadinejad au Brésil, au Venezuela et en Bolivie. Le président vénézuélien a qualifié cette déclaration d' « insupportable ingérence américaine dans les décisions souveraines de politique extérieure de nos pays ».

Son homologue bolivien Evo Morales estime, quant à lui, que « les Etats-Unis doivent changer leur attitude coloniale s'ils veulent avoir de bonnes relations avec leurs voisins ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.