Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Liban

Obama demande à Beyrouth de lutter contre le trafic d’armes

Le Président américain Barack Obama et son homologue libanais, le Président Michel Sleimane, à Washington, le 14 décembre 2009.
Le Président américain Barack Obama et son homologue libanais, le Président Michel Sleimane, à Washington, le 14 décembre 2009. Reuters / Jim Young

Le président américain Barack Obama a reçu le 14 décembre 2009 son homologue libanais Michel Sleimane. Barack Obama a appelé le gouvernement libanais à lutter contre la contrebande d'armes dans le pays, estimant que ce trafic constitue une menace potentielle pour Israël.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Donaig Le Du

Au-delà des sourires et des compliments de rigueur, Barack Obama et Michel Sleimane n’ont pas cherché à réellement cacher leurs divergences, et les points de désaccord concernent évidemment Israël.

Le président libanais demande aux Américains de faire pression sur les autorités israéliennes afin que l’Etat hébreu applique de façon plus rigoureuse la résolution 1701 des Nations unies, qui a mis fin en 2006 à la guerre entre Israël et le Hezbollah. Une résolution qualifiée d’échec récemment par Benyamin Netanyahu, dans la mesure où, selon lui, elle n’a pas empêché le réarmement du Hezbollah.

Et c’est justement sur ce point que Barack Obama a tenu à insister. Il s’inquiète du nombre important d’armes qui passent en contrebande au Liban, et qui, dit-il, peuvent menacer Israël.

« Le président Sleimane et moi ne pourrons pas être d’accord sur tout », a commenté Barack Obama, en citant Israël, donc, mais aussi la Syrie et la question palestinienne. « Ce sur quoi nous pouvons nous mettre d’accord, a-t-il conclu, c’est de trouver des solutions par le dialogue et la négociation, plutôt que par la violence ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.