Accéder au contenu principal
Pakistan

Annulation de l'amnistie protégeant le président Zardari

Asif Ali Zardari en janvier 2008 à Karachi.
Asif Ali Zardari en janvier 2008 à Karachi. AFP

La Cour suprême pakistanaise a annulé mercredi 16 décembre l'ordonnance de réconciliation nationale qui avait blanchi un certain nombre de personnalités publiques. L’annulation du décret de 2007 amnistiant l’actuel président Asif Ali Zardari ainsi que certains des ministres pourrait déstabiliser un gouvernement déjà très contesté.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

L’ordonnance de réconciliation nationale promulguée en octobre 2007 par l’ancien président Pervez Musharraf vient d’être annulée par la Cour suprême. Plus de 8 000 personnes accusées de corruption ont bénéficié de l’amnistie conférée par ce décret.

Parmi ces bénéficiaires l’actuel chef de l’Etat et son épouse, feue Benazir Bhutto. A l’époque cette amnistie avait été promulguée en signe de réconciliation avec l’opposition. Le président Musharraf espérant s’allier avec Benazir Bhutto pour se maintenir au pouvoir. Les accusations de corruption vont donc être réexaminées par la justice.

Le chef de l’Etat Asif Zardari, de plus en plus contesté au sein de l’opinion, devrait pour sa part être couvert par son immunité présidentielle. Mais beaucoup de ses proches en revanche vont devoir rendre des comptes à la justice. Les bénéficiaires de cette amnistie sont aussi bien des hommes d’affaires que des politiciens dont certains siègent au gouvernement, comme le ministre de l’Intérieur par exemple.

L’annulation de l’ordonnance de réconciliation nationale risque donc une fois encore de fragiliser un gouvernement déjà très contesté. Et de mettre le président Zardari dans une position délicate, d’autant que la très puissante armée manifeste de plus en plus fréquemment des points de vue divergents avec le gouvernement civil présidé par Asif Zardari.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.