Accéder au contenu principal
Somalie

Les shebabs somaliens menacent de nouveau l’ONU

Des membres d'une milice shebab dans les rues de Mogadiscio le 30 octobre 2009.
Des membres d'une milice shebab dans les rues de Mogadiscio le 30 octobre 2009. AFP / M. Dahir

Les milices shebabs en Somalie ont à nouveau publié un communiqué menaçant les Nations unies. Cette fois, c’est l’organisation de déminage Mine Action qui est visée. Les shebabs accusent Mine Action de collaborer avec le gouvernement de transition, de payer leurs soldats et de les inciter à se rebeller contre les islamistes. Ce communiqué fait suite à plusieurs autres menaçant le Programme alimentaire mondial, ainsi que d’autres organismes des Nations unies. En juillet dernier, les locaux des Nations unies à Wajid et Baidoa avaient été pillés suite à ce même type de communiqué.

Publicité

Cette fois, l’organisation visée est Mine Action, le programme des Nations unies qui s’occupe du déminage dans les zones en conflit. Selon le communiqué publié en Somalie et en anglais, Mine Action est accusée de travailler pour le gouvernement de transition, de payer les salaires des soldats du TFG et de faire du renseignement sur les zones sensibles contrôlées par les shebabs.

Le même jour, dans la matinée, des combattants shebabs se sont emparés des locaux de Mine Action à Baidoa et, selon des sources internes à l’ONU auraient pris également les clés de plusieurs véhicules. Les staffs locaux, les expatriés ne sont plus autorisés à aller à Baidoa depuis juillet, ont tous été renvoyés chez eux.

Pour le moment aucune réaction officielle n’a été donnée par les Nations unies. Une des craintes est que les shebabs se saisissent du matériel hautement sensible de Mine Action, suivant une méthode désormais bien rodée, qui les avaient conduits à piller différents bureaux des Nations unies à Baidoa et Wajid en juillet dernier, après avoir publié un communiqué de la même teneur contre le PNUD, le bureau politique UNPOS et DSS, le service de sécurité. Certains véhicules avaient ensuite été utilisés pour mener l’attaque suicide contre l’Amisom en septembre dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.