Accéder au contenu principal
Cambodge / Chine

Phnom Penh décide d'expulser 20 Ouïghours vers la Chine

Un militaire court dans le quartier ouïghour d’Urumqi où les violences ethniques de juillet 2009 ont causé la mort de près de 200 personnes.
Un militaire court dans le quartier ouïghour d’Urumqi où les violences ethniques de juillet 2009 ont causé la mort de près de 200 personnes. (Photo : Heriberto Araujo /RFI)

Le compte à rebours a commencé pour une vingtaine de Ouïghours arrivés à Phnom Penh il y a quelques semaines. Ces hommes, ces femmes, et trois enfants, avaient fui la Chine et les révoltes qui ont ensanglanté leur région en juillet dernier faisant près de 200 morts et 1 600 blessés. Les autorités cambodgiennes ont décidé de renvoyer ces réfugiés ouïghours en Chine.  

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Anne-Laure Porée

Du côté des organisations de défense des droits de l’homme, c’est l’inquiétude et la mobilisation générale depuis le vendredi 18 décembre 2009. Les autorités cambodgiennes ont en effet signé l’expulsion de la vingtaine de Ouïghours demandant le statut de réfugiés ou l’asile politique à Phnom Penh.

Les quelques éléments qui ont filtré des entretiens passés avec le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies montrent que certains Ouïghours ont été témoins des violences perpétrées l’été dernier.

Pour tous les défenseurs des droits de l’homme, la décision cambodgienne est une grave violation de la Convention sur la protection des réfugiés. Mais pour le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khieu Sopheak, ces Ouïghours ne sont que des immigrés illégaux, pas des réfugiés. Ils doivent être expulsés dans les sept jours.

Khieu Sopheak esquive la question des risques de persécutions, de tortures ou même de peine de mort qu’ils courent à leur retour alors que Pékin a déjà fait savoir que ces Ouïghours étaient considérés comme des criminels.

A Phnom Penh, certains redoutent que leur expulsion soit un cadeau offert au vice-président chinois, en visite officielle à partir de demain, dimanche 20 décembre,  au Cambodge.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.