Accéder au contenu principal
Mauritanie

La Mauritanie théâtre récurrent d’enlèvements

La route sur laquelle les quatre touristes français avaient été tués en décembre 2007.
La route sur laquelle les quatre touristes français avaient été tués en décembre 2007. RFI / Marie Pierre Olphand
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Si l’enlèvement est confirmé, ce serait le deuxième rapt d’Européens en Mauritanie en moins d’un mois. Un Italien de 65 ans et sa femme d'origine burkinabè ont disparu, vendredi 18 décembre 2009, dans le sud-est de la Mauritanie, vraisemblablement enlevés par des hommes armés. Le véhicule du couple a été retrouvé vide et portant des impacts de balle, près de la ville de Kobenni, dans la région d’Hodh El Gharbi à une dizaine de kilomètres de la frontière malienne.

Publicité

Il y a tout juste trois semaines, le 29 novembre 2009, trois humanitaires espagnols étaient enlevés à 170 kilomètres au nord de Nouakchott. Un enlèvement revendiqué le 8 décembre dernier par AQMI ( al-Qaïda au Maghreb islamique) qui avait indiqué détenir également le Français Pierre Camatte, kidnappé dans le nord du Mali, trois jours avant les Espagnols.

Vendredi 19 décembre au soir, c’est donc un couple d’Italiens qui a disparu dans le sud-est de la Mauritanie à 8 kilomètres de la frontière malienne. Pour le moment, les autorités mauritaniennes n’ont pas confirmé l’enlèvement et aucune revendication n’a été reçue. Mais « le mode opératoire ne laisse guère de doute », affirment des sources diplomatiques qui pointent du doigt la présence de camps d'AQMI du côté malien de la frontière à proximité du lieu de la disparition.

Depuis 2005, les attaques terroristes se sont multipliées en Mauritanie et notamment contre les militaires. Mais ces deux dernières années les Occidentaux semblent être devenus une cible privilégiée avec le meurtre de quatre Français à Aleg en décembre 2007, l’assassinat d’un Américain à Nouakchott en juin 2009 suivi en août par un attentat kamikaze près de l’ambassade de France.

Avec l’enlèvement des Espagnols et cette nouvelle disparition, la sécurité constitue plus que jamais un vrai défi à relever pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Lundi 14 décembre 2009 un projet de loi a été voté pour renforcer la législation en matière de lutte contre le terrorisme.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.