Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Afrique / Terrorisme

Trois Maliens extradés aux Etats-Unis accusés de «narco-terrorisme»

Insigne de la DEA.
Insigne de la DEA. DEA
Texte par : RFI Suivre
1 min

Trois ressortissants maliens extradés vendredi dernier du Ghana vers les Etats-Unis. Les trois trafiquants de drogue présumés ont atterri à New York où ils ont été présentés à la justice. Ils sont accusés de « narco-terrorisme ». Le juge a refusé de les laisser en liberté conditionnelle avant leur procès.

Publicité

C'est un scénario digne d'un roman policier. Deux agents américains, travaillant pour le DEA, l'Agence fédérale de lutte contre les stupéfiants, sillonnent pendant quatre mois l'Afrique de l'Ouest. Ils se font passer pour des membres des FARC, la guérilla colombienne. Ils affirment être en possession de plusieurs centaines de kilos de cocaïne qu'ils cherchent à faire passer en Europe.

Trois Maliens tombent dans le piège. Oumar Issa, Harouna Touré et Idriss Abdelraman expliquent aux vrais-faux guérilleros colombiens qu'ils peuvent acheminer la drogue en Europe, grâce à leur contact avec des membres du réseau al-Qaïda. L'un des Maliens affirme même qu'il fournit régulièrement de l'essence et de la nourriture aux commandos d'al-Qaïda au Maghreb dans la région de Gao.

Un rendez-vous est organisé à Accra. Les Maliens retrouvent dans la capitale ghanéenne les Colombiens qui sont en fait des agents fédéraux Américains. Les trois Maliens sont arrêtés et immédiatement transférés aux Etats-Unis. Ils ont été présentés à un juge de New York et placés en détention.

Ces trois Maliens risquent gros : au minimum 20 ans de détention, ou la prison à vie, s'ils sont reconnus coupables de « narco-terrorisme ». Un nouveau chef d'accusation dans l'arsenal judiciaire américain depuis les attentats du 11 septembre 2001.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.