Accéder au contenu principal
ISRAEL / TERRITOIRES PALESTINIENS

Echanges de prisonniers : Israël dit « oui, mais... »

Lors d’une manifestation, Noam Shalit, père de Gilad Shalit, marche parmi les portraits de pied en cap cartonnés, représentant son fils, à Jérusalem, le 21 décembre 2009.
Lors d’une manifestation, Noam Shalit, père de Gilad Shalit, marche parmi les portraits de pied en cap cartonnés, représentant son fils, à Jérusalem, le 21 décembre 2009. REUTERS/Ronen Zvulun

C'est ce mardi 22 décembre que le Hamas doit recevoir la réponse du gouvernement israélien dans l'affaire Gilad Shalit, ce soldat de l'armée d'Israël retenu en otage depuis trois ans et demi, dans la bande de Gaza. Une réponse à la proposition d'échange de centaines de prisonniers palestiniens faite par le mouvement islamiste. Elle a été élaborée la veille, au cours de cinq réunions du cabinet israélien, et elle tient en deux mots.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

La réponse d’Israël au Hamas tient en deux mots : « Oui, mais ».

L’expulsion de la plupart des détenus palestiniens, qui seront libérés dans le cadre de l’échange avec le soldat Gilad Shalit, est la condition principale que posent les Israéliens.

Israël ne veut pas d’eux en Cisjordanie et propose de les expulser, soit vers Gaza ou vers l’étranger. Voilà donc pour ce qui semble être la réponse israélienne car, en fait, le communiqué qui a été publié dans la nuit par la présidence du Conseil indique que la négociation se poursuit. Le Hamas recevra dans la journée, par l’intermédiaire du médiateur allemand, la réponse israélienne sur le projet d’échange de Gilad Shalit contre un millier de détenus palestiniens.

Quant à la famille de Shalit, ses parents, Noam et Aviva, qui ont passé toute la journée du lundi 21 décembre à Jérusalem, face à la présidence du Conseil, personne n’est venu leur annoncer quelle est la décision du gouvernement israélien. Ils ont donc repris le chemin de leur village en Galilée.

« Journée fatidique pour la famille Shalit », titre un quotidien ce matin. Une majorité d’Israéliens est en faveur de la transaction mais de nombreuses voix se font entendre contre la libération des détenus du Hamas, qui pourrait, selon les opposants à la transaction, avoir des répercussions catastrophiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.