Accéder au contenu principal
Mauritanie / Enlévement

Pas de nouvelles des otages italiens

La disparition du couple italien a eu lieu sur l'axe allant de Ayoun el-Atrouss, en Mauritanie, à Kayes, à la frontière malienne.
La disparition du couple italien a eu lieu sur l'axe allant de Ayoun el-Atrouss, en Mauritanie, à Kayes, à la frontière malienne. RFI
Texte par : RFI Suivre
4 mn

On est toujours sans nouvelles du couple d’Italiens enlevé vendredi 18 décembre au soir dans le sud-est de la Mauritanie, à une dizaine de kilomètres de la frontière malienne. Lundi 21 décembre, le gouvernement mauritanien a voulu rassurer les ressortissants européens présents dans le pays, en indiquant que « toutes les dispositions sont prises pour garantir leur sécurité. » Le désert malien semble souvent être le lieu de détention des victimes d’enlèvements dans la région.

Publicité

Lors de l’enlèvement des trois humanitaires espagnols, le 29 novembre 2009, il a fallu attendre 10 jours et la revendication d’al-Qaïda au Maghreb islamique pour que les autorités mauritaniennes s’expriment pour la première fois sur le sujet. Le président Abdel Aziz avait alors expliqué que « c’est le cumul d’erreurs sécuritaires et militaires des régimes précédents qui a conduit à ce genre d’actes terroristes

Pour l’enlèvement du couple d’italiens, vendredi 18 décembre 2009, survenu trois semaines seulement après celui des Espagnols et alors que débute la saison touristique, le gouvernement a réagi plus promptement. Dans un communiqué publié lundi 21 décembre les autorités affirment que « toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour garantir la sécurité des ressortissants étrangers ». Ces dispositions ne sont toutefois pas détaillées dans le document qui évoque « une disparition et non un enlèvement. »

Joint par RFI, le directeur de la communication du RFD, le principal parti de l’opposition a, quant à lui, dénoncé « un acte barbare sur des hôtes amis ». Réagissant aux propos rassurants du gouvernement , Mohamed Vall Ould Handeya a assuré qu’il s’agissait « de mots vide de sens » car selon lui la gestion sécuritaire du pays est défaillante, « nous faisons porter la responsabilité de ces enlèvements au pouvoir en place qui par sa gestion désastreuse de l’armée a fait de ce pays une passoire et domaine de chasse pour terroristes et agresseurs de tout acabits », a-t-il déclaré.

Pourquoi les ravisseurs conduisent-ils leurs otages dans le désert malien ?

Tout commence en 2003, sur le territoire algérien. 32 touristes européens sont enlevés par GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) devenu aujourd’hui al-Qaïda au Maghreb islamique, AQMI. Les forces de sécurité libèrent par la force une partie des touristes, très rapidement les ravisseurs conduisent le reste des otages sur le territoire du Mali voisin.

Le pays d’origine des otages demande alors à Bamako de ne pas utiliser la force, mais de négocier la libération de leurs ressortissants, les ravisseurs ont donc retenu la leçon : « Quand on emmène les otages au Sahara coté malien, il y a donc négociations. Négociations, mais aussi, semble t-il, paiement de rançon, l’affaire est donc juteuse».

Souvent par stratégie, les islamistes armés cachent leurs otages dans un pays voisin et mènent les négociations sur le territoire malien. Dans la zone, les éléments d’AQMI ont des complices locaux et la porosité des frontières maliennes facilite les va-et-vient des combattants islamistes, le Mali n’ayant pas les moyens de contrôler cette zone qui couvre 75% de la superficie totale du pays. Une raison supplémentaire pour l'AQMI de chercher à y trouver refuge avec les otages.

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

En Italie, on s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles de Sergio Cicala et de son épouse Philomène, enlevés vendredi 18 décembre en Mauritanie.

Le ministre des Affaires étrangères italien Franco Frattini a renouvelé sa demande à la presse : écrire le moins possible pour ne pas entraver les négociations qui pourraient être entreprises pour obtenir la libération de Sergio Cicala, 64 ans, celle de son épouse Philomène, 30 ans, Italienne d’origine burkinabè et celle de leur chauffeur, originaire de la Côte d’Ivoire, également porté disparu.

Tous les canaux diplomatiques sont mobilisés, a-t-il confirmé. «Nous ne négligeons aucune piste», a-t-il ajouté, en précisant qu’un diplomate italien aurait été dépêché en Mauritanie, là où le couple a été enlevé vendredi dernier avant d’être probablement au nord du Mali par un groupe de terroristes qui serait lié au réseau al-Qaïda.

C’est en tout cas ce que soutiennent les autorités en Mauritanie. Aucune revendication n’est parvenue en Italie à ce jour ce qui plonge encore plus dans l’angoisse les proches du couple en Sicile, région où vivent Sergio et Philomène.

La Mauritanie a assuré les autorités italiennes de sa pleine collaboration tandis que l’Espagne vient d’offrir son aide à travers ses ambassades en Mauritanie et au Mali.
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.