Bolivie

Double cérémonie d’investiture pour Evo Morales

Le président Evo Morales a été consacré «chef spirituel  des Indiens» de Bolivie le 21 janvier 2010.
Le président Evo Morales a été consacré «chef spirituel des Indiens» de Bolivie le 21 janvier 2010. Reuters / M. Bazo

Evo Morales, réélu triomphalement le 6 décembre 2009, a été consacré jeudi 21 janvier « chef spirituel des Indiens » de Bolivie avant d’être officiellement investi par le Parlement vendredi pour un second mandat de cinq ans. Les présidents du Venezuela, d’Equateur, du Paraguay, la présidente sortante du Chili, Michelle Bachelet, ou encore le prince des Asturies ont prévu de se rendre à La Paz. Le secrétaire d’Etat français à la coopération Alain Joyandet est déjà sur place et doit avoir un entretien privé avec Evo Morales.

Publicité

Avec notre correspondant à La Paz, Reza Nourmamode

« Le temps de la Bolivie indigne et mendiante est terminé », s’est exclamé Evo Morales sur les ruines du site de Tiwanaku, vestiges d’une brillante civilisation précolombienne aujourd’hui disparue.

Vêtu d’une longue tunique blanche et d’un bonnet à quatre pointes représentant l’union des points cardinaux, le chef d’Etat tout juste réélu a ensuite reçu des autorités spirituelles indiennes deux sceptres symbolisant son leadership sur les peuples indigènes du pays.

Une cérémonie grandiose dont le budget, environ 600 000 euros, a fait grincer quelques dents, même à gauche. Une radio plutôt pro Morales a ainsi calculé que le président allait dépenser ce jour environ 4 euros par seconde.

Pas de quoi gâcher la fête pour le leader socialiste qui débute son second mandat sous le signe des pleins pouvoirs. Morales dispose d’un soutien presque sans faille dans les couches populaires et son parti, le MAS, a réussi à obtenir la majorité des deux tiers dans le futur Parlement.

Quant à Manfred Reyes Villa, candidat malheureux de la droite à la présidentielle, il s’est enfui aux Etats-Unis le mois dernier, dénonçant une persécution politico-judiciaire à son encontre.

Face à un Morales plus puissant que jamais, la droite tentera de sauver ce qui peut l’être en avril prochain lors des élections régionales et municipales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail