Italie

Mafia : peine alourdie pour l'ancien président de la région Sicile

Le 26 janvier 2008 à Palerme, Salvatore Cuffaro présentait sa démission de l'Assemblée régionale de Sicile, après sa condamnation - à l'époque - à 5 ans de prison.
Le 26 janvier 2008 à Palerme, Salvatore Cuffaro présentait sa démission de l'Assemblée régionale de Sicile, après sa condamnation - à l'époque - à 5 ans de prison. AFP / M. Paternostro

En appel, Salvatore Cuffaro vient d'être condamné à sept ans de prison pour ses liens avec la mafia, deux ans de plus qu'en première instance. Il est accusé d'avoir aidé des membres de Cosa Nostra et révélé des informations confidentielles sur les opérations de police et les enquêtes visant le réseau.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

A l’issue de son procès en première instance, il y a quatre ans, « Toto » Cuffaro, 52 ans, gouverneur de la Sicile entre 2001 et 2008, élu sénateur dans les rangs du parti centriste UDC (Union des démocrates chrétiens) en 2008, avait beaucoup fait parler de lui en organisant une grande fête en Sicile avec 7 000 cannoli, gâteaux typiques de la région, et du mousseux à gogo, car les juges ne l’avaient condamné qu’à 5 ans de réclusion pour une affaire d’escroquerie sans l’accuser de complicité avec des boss de Cosa Nostra, la mafia sicilienne.

Là, pas de gâteaux ni de mousseux, la cour d’appel de Palerme a aggravé sa peine. Il a été condamné à 7 ans de prison car les juges estiment avoir réuni suffisamment de preuves pour l’accuser d’avoir aidé des membres de Cosa Nostra en leur révélant des informations confidentielles sur des opérations de police et des enquêtes visant cette organisation criminelle.

« Toto » Cuffaro, qui a décidé de se pourvoir en cassation, reste en liberté pour le moment. Il affirme ne pas être mafieux, ne jamais avoir accompli d’actions dans le but de favoriser Cosa Nostra. Mais, à deux mois d’importantes élections régionales en Italie, il a tout de même renoncé à toute charge politique pour, dit-t-il, mieux se consacrer à sa famille et à sa défense.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail