Accéder au contenu principal
France

Le grand oral de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy est l'invité lundi soir de TF1 pour un échange inédit avec des  Français.
Nicolas Sarkozy est l'invité lundi soir de TF1 pour un échange inédit avec des Français. AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le président français est l’invité de TF1, ce lundi 25 janvier à 20 heures 15, pour un débat inédit avec une dizaine de Français en direct à la télévision. Un vaste exercice pédagogique. A deux mois des élections régionales qui s’annoncent difficiles pour la droite et alors que sa côte de popularité est au plus bas dans les sondages, le chef de l’Etat tentera au cours de ce débat de justifier son action et de tracer les perspectives de l’après-crise.

Publicité

Après trois semaines de vœux tous azimuts, c'est à l’ensemble des Français que Nicolas Sarkozy entend ce lundi soir s’adresser. Une heure et demie d’émission spéciale durant laquelle le chef de l’Etat qui est au plus bas dans les sondages, va tenter de « reprendre la main ». Face aux critiques, le président fera « de la pédagogie », « sur les sujets qui intéressent les Français », fait valoir l’Elysée « à savoir l’économie et l’emploi ».

La question que je lui poserais c'est sur la sortie de crise: Monsieur le président, quel est notre horizon ? Quelle est votre ligne de conduite ?

Christophe Caresche

Un grand oral en 2 temps. Une séquence courte : dix minutes à un quart d’heure dans le journal télévisé pour évoquer les questions de politique intérieure et étrangère et notamment Haïti.

Puis le président changera de plateau et ira rejoindre la dizaine de Français sélectionnés par TF1 pour parler des sujets plus quotidiens : la sécurité dans les lycées, les retraites et bien sûr le pouvoir d’achat et le chômage. Un échange direct pour expliquer, rassurer et tenter de convaincre que sa stratégie notamment pour l’emploi est la bonne.

Un débat quasi inédit avec un échantillon de Français qui sera sans doute moins contraignant qu’un entretien formel avec des journalistes mais qui n’est pas non plus sans danger. Le président Chirac s’y était risqué en 2005 pour vendre la Constitution européenne mais avec un succès pour le moins limité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.