Accéder au contenu principal
Ouganda

Les sacrifices humains, le travers meurtrier de la sorcellerie

Une affiche de la campagne du gouvernement ougandais et d'ONG contre les sacrifices d'enfants. «Le sacrifice d'enfant n'apporte pas la richesse, condamnez cette pratique»
Une affiche de la campagne du gouvernement ougandais et d'ONG contre les sacrifices d'enfants. «Le sacrifice d'enfant n'apporte pas la richesse, condamnez cette pratique» DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les sacrifices humains sont en augmentation en Ouganda. La police a enregistré les cas de 123 personnes, pour la plupart des enfants, qui ont été sacrifiés à des fins de sorcellerie en 2009, soit une augmentation de 8% par rapport à l’année précédente. En 2009, 125 personnes ont été arrêtées et 56 inculpées pour enlèvement, séquestration et meurtre.

Publicité

Les sacrifices humains font parti du côté obscur de la sorcellerie en Ouganda, ils sont en forte augmentation ces dernières années. Dans un rapport annuel rendu public cette semaine, le commissaire en charge de la lutte contre ce phénomène, fait état de 29 enquêtes ouvertes sur des cas présumés de sacrifices humains en 2009 et de 123 disparitions enregistrées qui pourraient être liées à de tels sacrifices. Soit une augmentation de 8% à l’année précédente.

Cent-vingt-cinq suspects ont été arrêtés, pour la plupart des hommes d’affaires, ou des hommes de mains enrôlés par ces mêmes hommes influents pour enlever des enfants, 56 d’entre eux ont été inculpés pour enlèvement, séquestration et meurtre.

Les victimes de ces sacrifices sont souvent des enfants impubères. Leur sang, leurs organes sexuels et parfois d’autres parties de leur corps sont exigés par certains sorciers qui promettent à leurs clients un enrichissement rapide.

Selon un récent sondage, environ 80% de la population ougandaise consulte des sorciers.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.