De 1948 à 1956

De 1948 à 1956

Pierre Schaeffer
Pierre Schaeffer

Déjà perceptible dès le lendemain de la victoire des forces alliées contre l’Allemagne nazie, la coupure entre l’Est sous la tutelle de l’Union Soviétique et l’Ouest tirée par les Etats-Unis s’affirme de plus en plus jusqu’à la premier crise ouverte par le blocus de Berlin le 24 juin 1948.

Publicité

Dans cette guerre froide qui s’installe pour plusieurs années les radios vont jouer un rôle important. Les émissions vers l’Etranger de la France manquent de moyens mais elles font ce qu’elles peuvent surtout celles qui sont entendues à l’Est.
Les Américains mettent le paquet en finançant deux radios dites privées Radio Free Europe et Radio Liberty.
En 1953 la mort de Staline et l’armistice en Corée entraînent une période de détente qui sera de courte durée. Les émeutes de Budapest en 1956 relancent la tension.

 
Création de la Sorafom
Les indépendances en marche.
Né en 1931 le Poste Colonial, rebaptisé Paris Mondial en 1938 se divise en deux branches au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L'une s'adresse en français et en langues vers l'étranger. C'est le temps de la Guerre Froide et l'on privilégie les cibles de l'Europe de l'est. L'autre est à l'intention des colonies appelées à devenir des territoires d'outre-mer. Car depuis la conférence de Brazzaville de 1944, la France s'est engagée sur le chemin des indépendances. L'Union française succède à l'empire.
A partir de 1954, Pierre Schaeffer, un homme hors du commun a l'idée de créer une société, la Sorafom dont l'objectif est de créer en Afrique des radios locales, africaines et décolonisées. Il crée un studio-école dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye en région parisienne où seront formés nombre de cadres devenus chef de stations ou directeurs de programmes ou… ministres de l’Information!

L'Office de Coopération Radiophonique
Après la loi-cadre de Gaston Defferre en 1956 accordant une certaine autonomie aux Etats africains, c'est en 1958 le référendum organisé par le général de Gaulle revenu aux affaires en faveur d'une communauté franco-africaine.
Pendant ce temps, la Sorafom poursuit sa triple activité: la mise en place des radios africaines, la production de magazines adaptés à ces radios et la formation des cadres pour les diriger. Après les indépendances, la Sorafom devient l'Office de Coopération Radiophonique. On invente de nouvelles formes de coopération qui débouchent sur des concours pour découvrir des talents culturels.

Les émissions en langue arabe et berbère
Après la Tunisie et le Maroc, l’Algérie accède en juillet 1962 à l’indépendance mais après une guerre meurtrière qui aura duré de 1954 aux accords d’Evian du 18 mars 1962. A travers l’histoire récente de ces trois pays on a pu voir que la radiodiffusion a joué un rôle considérable dans la naissance des mouvements nationalistes et la prise de conscience par les peuples de la nécessité de s’engager pour obtenir leur indépendance.
Dans la cas de l’Algérie, c’est à une véritable guerre des ondes que l’on a assisté. D’un côté «la Voix des Arabes» et «la Voix de l’Algérie libre» émettant du Caire. De l’autre les émissions en arabe, en kabyle et en français diffusées à partir de Paris ou d’Alger.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail