Accéder au contenu principal
Tremblement de terre en Haïti

Rumeurs et désespoir

A Port-au-Prince, on attend aussi bien pour la distribution d'aliments que pour des visas de sortie du territoire.  le 1er février 2009
A Port-au-Prince, on attend aussi bien pour la distribution d'aliments que pour des visas de sortie du territoire. le 1er février 2009 REUTERS/Eliana Aponte
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Trois semaines après le tremblement de terre, près de 500 000 Haïtiens ont fui Port- au-Prince. Devant les ambassades étrangères, ils sont encore nombreux à attendre sans savoir si leur demande de visa pourra être examinée. Dans la confusion ambiante, de nombreuses rumeurs circulent dans la capitale sur les possibilités de quitter le pays.

Publicité

Reportage de notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

L'ambassade américaine avait installé d’immenses tentes devant son entrée pour offrir de l'ombre aux nombreuses personnes qui voulaient immigrer aux Etats-Unis. Aujourd'hui, l'espace est vide, car tout Port-au-Prince sait que le bureau des visas court séjour a suspendu son activité.

Devant la résidence de France en revanche, c'est désormais un groupe d'étudiants qui attend. Parmi eux Jean-Joseph Fosner : « Je suis ici parce que j’avais entendu à la radio qu’on va recruter ici des étudiants, ou les faire rentrer en France dans le cadre d’études. Je viens justement pour m’inscrire. Je viens d’apprendre qu’il y a eu une bousculade, et qu’on a laissé tomber ».

Pierre-Richard Joseph est étudiant en sociologie. Et lui ne croit pas à l'histoire de la bousculade devant la résidence : « C’est de la gabegie, parce que s’il y avait une bousculade, il y avait des agents de gendarmerie. On aurait pu mettre un peu d’ordre quand même. Je crois que tout ça, c’est du bobard, ce n’est pas de la vérité quoi…Nous autres, tout ce que nous voulons, c’est aller étudier, continuer nos études, et revenir pour reconstruire notre pays. Et je pense que l’ambassade aurait dû nous traiter mieux que de la manière dont cela s’est passé ce matin ».

De l'autre côté du portail, le personnel de l'ambassade continue de travailler à l'évacuation des personnes ayant déjà un visa pour la France. Quant à l'offre faite aux étudiants haïtiens, leur réponse est nette : rien de tel n'a jamais été lancé, ce n'était qu'une rumeur de plus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.