Accéder au contenu principal
Tremblement de terre en Haïti

Les réfugiés aux Gonaïves

Sur le marché, une femme vérifie scrupuleusement l'authenticité d'un billet de banque.
Sur le marché, une femme vérifie scrupuleusement l'authenticité d'un billet de banque. Bertrand Haeckler/RFI
Texte par : Bertrand Haeckler
3 mn

La ville des Gonaïves vient d'accueillir en moins de 10 jours plus de 100 000 sinistrés qui ont quitté Port-au-Prince après le séisme, venant se réfugier dans leur famille ou bien chez des amis. Les organisations humanitaires, viennent de lancer une grande campagne de recensement, mais leur présence est assez discrète, puisqu'il n'existe pas de camps. Cet afflux massif de population a provoqué une hausse de 25% du prix des denrées de base, créant un nouveau problème pour les gens qui ont du mal à acheter de la nourriture et subvenir aux besoin des hôtes qu'ils doivent héberger.Certains d'entre eux qui avaient quitté la région de l'Artibonite pour Port-au-Prince, après le passage du cyclone Hanna en septembre 2008, sont revenus. D'où l'existence d'un dicton populaire qui dit : « Ils sont partis les pieds dans l'eau, ils reviennent avec de l'eau dans les yeux ». 

Publicité

Les réfugiés aux Gonaïves

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.