Sri Lanka

Le président Rajapakse a dissous le Parlement

Le président sri-lankais Mahinda Rajapakse (au centre) lors de la journée de l'indépendance, le 4 février dernier.
Le président sri-lankais Mahinda Rajapakse (au centre) lors de la journée de l'indépendance, le 4 février dernier. AFP

Au lendemain de l'arrestation contestée de son principal rival politique, le président sri-lankais, a annoncé ce mardi 9 février la dissolution du Parlement. Cette mesure constitutionnelle ouvre la voie à de nouvelles élections législatives qui devaient de toute façon avoir lieu en mai. Ce scrutin devrait donc être avancé et pourrait se tenir dès le mois de mars 2010. Une manière pour le clan des « Rajapakse » de court-circuiter la vie politique et d'empêcher ses rivaux de se réorganiser avant la prochaine échéance électorale.

Publicité

Président de la République et ministre de la Défense, les frères Rajapakse contrôlent plus que jamais la vie politique sri-lankaise. Leur principal opposant devenait une menace. Le général Fonseka a été mis hors d'état de nuire, accusé de trahison et menacé de court martial.

L'ancien candidat à l'élection présidentielle a été arrêté lundi 8 février alors qu'il tenait une réunion avec certains partis d'opposition pour justement discuter de l'élection législative à venir.

Fonseka écarté, le clan Rajapakse n'avait plus qu'à annoncer un scrutin anticipé pour empêcher la moindre parade politique. Limiter en fait les capacités d'organisation de ceux, dont les communistes, qui ont encore le courage de dire « non » au parti présidentiel. Ils ne sont pas nombreux. Et ils pourront crier au coup politique, la dissolution du Parlement est dans les prérogatives du président sri-lankais et conforme à la Constitution.

Privé de sa figure de proue l'opposition sri-lankaise est aujourd'hui éparpillée et incapable de faire barrage au clan Rajapakse galvanisé par sa récente victoire militaire sur les rebelles tamouls. Pour renforcer son pouvoir personnel, le président Rajapakse veut un Parlement entièrement à sa cause. Une victoire et vite !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail