Inde

Attentat meurtrier dans la ville indienne de Pune

Le restaurant qui a été soufflé par la bombe à Pune, en Inde, le 13 février 2010.
Le restaurant qui a été soufflé par la bombe à Pune, en Inde, le 13 février 2010. Reuters / Stringer

Neuf personnes, dont un ressortissant étranger, ont été tuées samedi 13 février par l'explosion d'une bombe dans un restaurant de la ville indienne de Pune. L'explosion, qualifiée d'attentat par le ministre indien de l'Intérieur s'est produite dans un des restaurants les plus fréquentés de cette ville de l’ouest du pays. D’après les télévisions nationales, des dizaines de blessés dont certains dans un état critique, ont été évacués vers les hôpitaux de la ville.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Pierre Prakash

La ville de Pune se situe à l'ouest de l'Inde, à une centaine de kilomètres de Bombay.
La ville de Pune se situe à l'ouest de l'Inde, à une centaine de kilomètres de Bombay.

Il était environ 19h15 heure locale, lorsqu’une forte explosion a retenti dans le « German Bakery » de la ville de Pune, l’un des restaurants les plus fréquentés de cette ville de l’ouest de l’Inde, notamment par les touristes étrangers.

Dans un premier temps, les policiers ont cru à un simple accident, affirmant qu’une bonbonne de gaz avait explosé en cuisine. Mais, très rapidement, le gouvernement a confirmé la thèse de l’attentat terroriste. D’une part, en raison de la puissance de la déflagration qui a littéralement soufflé le restaurant et d’autre part, parce que le lieu était bondé de ressortissants étrangers au moment du drame, une cible idéale pour les terroristes islamistes.

Selon les dernières informations disponibles, l’explosion aurait été provoquée par une bombe artisanale, déclenchée lorsqu’un serveur a tenté d’ouvrir un sac qui avait été abandonné sur place. Bien qu’il soit trop tôt pour connaître la nationalité des victimes, d’après les télévisions indiennes, plusieurs étrangers auraient été tués, et plusieurs autres figurent parmi les dizaines de blessés qui ont été évacués vers les hôpitaux de la ville, certains dans un état critique.

En savoir plus

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail