Accéder au contenu principal
Union européenne

Les frais de représentation de la Commission européenne en question

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.
Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Yves Herman/Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les missions et frais de représentation du président de la Commission européenne, ont coûté aux contribuables européens en 2009, en pleine crise économique, 730 230 euros. Ces chiffres, publiés dans un document comptable de la Commission européenne, révèlent aussi des écarts entre les différents commissaires. La Commission européenne a justifié les dépenses de son président par le fait que « José Manuel Barroso voyage beaucoup ».

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

Le document provenant tout à fait officiellement de l’agence comptable de la Commission européenne chiffre à un peu plus de 3 millions neuf cent mille euros les frais individuels de déplacement et de représentation des 27 commissaires en 2009. Sans surprise, le tableau révèle des écarts considérables entre commissaires. Ainsi, ceux qui s’occupent de la concurrence, du budget ou du multilinguisme ont très peu bougé. En revanche, ceux qui avaient la charge des relations extérieures ou de l’aide au développement, ont passé leur année dans des avions et dans le monde entier. Responsable de la justice, de la liberté et de la sécurité, le commissaire français, Jacques Barrot, bon Auvergnat, s’est montré plutôt économe.

Le champion toute catégorie est cependant le président de la Commission José Manuel Barroso lui-même, à 697 000 euros pour deux cents jours de mission à Bruxelles. Dépense d’une toute autre nature, les frais de représentation couvrent les frais de réception, des invitations à déjeuner, les cadeaux, sous forme de chocolats, de fleurs ou de garnitures de stylos. Ici aussi, les écarts sont notables et vont de plus de 32 000 euros pour monsieur Barroso, encore lui, jusqu'à moins de 3 000 euros pour la vice-présidente suédoise, pourtant chargée de la communication.

Pour élevés qu’ils soient, ces montants sont du même ordre que ceux des dirigeants des grands pays européens. La véritable anomalie vu d’ici, c’est qu’on ait fourni ces précisions à la presse, alors qu’on les avait précédemment refusées à un député européen.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.